MAROC
07/10/2015 09h:14 CET | Actualisé 07/10/2015 09h:14 CET

Une charte urbaine pour redresser la barre du secteur touristique

Une charte urbaine pour redresser la barre du secteur touristique
dr
Une charte urbaine pour redresser la barre du secteur touristique

TOURISME - Une charte pour la propreté, la signalisation et la rénovation des monuments historiques dans les villes touristiques est en passe de voir le jour pour redresser la barre du secteur touristique, en berne depuis de début de l’année.

Le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, a récemment rencontré les maires de Fès, Casablanca, Agadir, Rabat et Marrakech, également impliqués dans ce chantier stratégique, pour faire le point sur la question et y apporter les derniers réglages.

C’est ce qu’indique une source au département de Haddad, joint par le HuffPost Maroc, qui ajoute que "dans les prochaines semaines, le ministère organisera un séminaire pour l’élaboration de cette charte".

Des toilettes publiques pour les touristes

Le premier point concerne l’hygiène et la propreté avec l’installation de toilettes publiques dans les sites touristiques. Et pour cause, selon un sondage élaboré par le cabinet international TNS Sofres pour le compte de l’Observatoire du tourisme auprès de 10.000 touristes, l’absence de toilettes dans les lieux publics, même dans les plus importants sites touristiques, est l’une des principales causes d’insatisfaction pour les touristes qui se rendent au Maroc.

Deuxième point: une signalisation adaptée. Car si dans la plupart des villes touristiques, les panneaux sont généralement bilingues (arabo-français), il arrive que le tifinagh remplace le français au grand dam des touristes, ce qui pose la question de savoir s’il y a une coordination entre le ministère du Tourisme, celui de l’Equipement et les mairies.

Troisième point: la rénovation des monuments historiques et culturels et la contribution des maires à la promotion de leurs villes.

Enfin, la charte prévoit la mise en place de kiosques d’information dans les villes touristiques, comme c’est le cas en Espagne, pour fournir des renseignements sur les attraits de la ville, les activités, l’hébergement ou encore la restauration.

Le secteur du tourisme représente environ 10% du PIB marocain. Le royaume, qui a dépassé pour la première fois les 10 millions de visiteurs en 2013, ambitionne de doubler ce chiffre d'ici 2020. Sauf que depuis le début de l’année, l'heure n'est pas à l'optimisme avec une baisse des réservations dans les principales villes touristiques.

LIRE AUSSI: