ALGÉRIE
07/10/2015 11h:54 CET | Actualisé 08/10/2015 09h:17 CET

Sellal interdit l'installation de Windows 10 sur les machines des administrations publiques

DR

Inquiétudes fondées ou paranoïa? Selon la chaine de télévision privée Ennahar TV, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a interdit l'utilisation de Windows 10, la nouvelle version du système d'exploitation le plus répandu dans le monde, sur les machines des administrations publiques.


La ministre des Technologies de l'Information et de la communication a pour sa part confirmé cette interdiction en en expliquant les raisons. Lors de son intervention au forum d'El Moudjahid ce mardi 6 octobre, Houda Iman Feraoun a évoqué des réserves concernant la protection des données privées.

"[Windows 10] permet explicitement la récupération, par Microsoft, des données et documents personnels de l’utilisateur, même les plus sensibles", a indiqué la ministre.

Depuis sa sortie il y a près de deux mois, Windows 10 n'arrête pas de provoquer des inquiétudes concernant la protection des données privées. Des utilisateurs ont dénoncé un manque de transparence concernant la natures des informations collectionnées ainsi que les réglages par défaut permettant cela.

Dans une note publiée sur le site officiel de Windows le 28 septembre dernier, Microsoft a répondu.

"Windows 10 collectionne des informations afin que le produit fonctionne mieux pour vous. Vous avez le contrôle et la possibilité de déterminer quelles informations sont envoyées (à Microsoft)", indique la note du géant américain.

Une tentative de réassurer qui ne convainc pas la ministre des TIC. "Il est impossible d'accepter les termes de la licence d’utilisation de cette version qui avaient été modifiées", a-t-elle déclaré.

Et le biométrique?

Les préoccupations du gouvernement concernant la confidentialité de Windows 10 soulèvent des questions, surtout que la fabrication des puces des passeports biométriques algériens, contenant aussi les informations personnelles, a été confiée à des entreprises étrangères.

Dans un article publié sur Mondafrique en août dernier, le journaliste Chawki Amari explique: "Selon les officiels qui se veulent rassurants, 20.000 passeports biométriques sont confectionnés par jour, 4.500.000 ont déjà été livrés. Mais la question centrale reste: qui possède aujourd’hui ce méga fichier sensible rassemblent ces données personnelles de millions de personnes ? Une partie est en France, l’autre aux Pays-Bas, une autre aux USA, en Angleterre et une dernière probablement en Allemagne depuis peu."

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.