MAGHREB
06/10/2015 06h:16 CET | Actualisé 06/10/2015 06h:22 CET

Tunisie: Un ministre démissionne en dénonçant l'absence de lutte anticorruption

Facebook/Lazhar Akermi

Le ministre tunisien chargé des relations avec le Parlement, Lazhar Akremi, a annoncé lundi avoir présenté sa démission, en dénonçant notamment le manque de "volonté" dans la lutte contre la corruption.

"Je ne peux plus faire partie d'un gouvernement qui n'a pas la volonté politique de faire face à la corruption", a déclaré à l'AFP M. Akremi, confirmant des informations de presse.

Dans la lettre de démission adressée au Premier ministre Habib Essid -- et publiée par plusieurs médias--, ce membre fondateur de Nidaa Tounès, la première force politique du pays, dit s'être efforcé de "faire entendre la voix des opprimés et victimes de l'injustice, écrasés par la corruption qui se multiplie jour après jour".

Mais il se demande "s'il y a réellement une volonté de lutter contre la corruption dans un pays où la part de l'économie parallèle a atteint 54% du PIB".

Contacté par l'AFP, le service communication de la présidence du gouvernement n'a pas souhaité faire de commentaire, ni même indiquer si cette démission, la première depuis l'entrée en fonctions du cabinet en février dernier, avait été acceptée.

Selon un rapport de la Banque mondiale intitulé "Révolution inachevée", la corruption coûterait actuellement à la Tunisie l'équivalent de deux points de PIB.

D'après des experts, la corruption d'Etat qui prévalait du temps du régime de Zine el Abidine Ben Ali a cédé la place à une "banalisation de la petite corruption", la Tunisie passant de la 59e en 2010 à la 79e place en 2014 dans le classement annuel établi par l'ONG Transparency International.

D'après aussi une étude réalisée en avril par l'Association tunisienne des contrôleurs publics, au moins 450 millions de dinars (plus de 200 millions d'euros) ont été distribués en 2013 sous forme de pots-de-vin à des fonctionnaires.

LIRE AUSSI:Lutte contre la corruption en Tunisie: Samir Annabi met en cause les gouvernements successifs

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.