MAROC
06/10/2015 11h:16 CET

Lutte contre le radicalisme: Des policiers marocains seront envoyés en Belgique et vice-versa

Des policiers marocains en "Erasmus" en Belgique (et vice-versa)
Belga
Des policiers marocains en "Erasmus" en Belgique (et vice-versa)

SÉCURITÉ - Dans le cadre de la visite, la semaine dernière, du ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon au Maroc, une collaboration entre agents de police marocains et belges a été mise en place.

Objectif: organiser l’envoi de patrouilles marocaines en Belgique et de patrouilles belges au Maroc, afin que les forces de sécurité des deux pays "apprennent des choses les unes des autres", nous confie une source au sein du ministère belge de la Sécurité et de l’intérieur.

"Best practices"

"Cet échange vise notamment à lutter contre le radicalisme violent et le départ de combattants en Syrie, un phénomène qui concerne les deux pays. Il y a dans ce domaine des ‘best practices’ à mettre en place", ajoute notre source.

Les policiers marocains seront envoyés surtout dans les quartiers défavorisés des villes concernées, notamment là où agissent les prédicateurs radicaux, a indiqué le ministère, qui compte sur la manière "différente" de la police marocaine d’aborder ces questions.

Pour l’instant, aucun chiffre sur le nombre de policiers sélectionnés dans les deux pays pour participer à ce programme d’échange n’a été donné. La collaboration, qui devrait durer "plusieurs semaines", commencera "début 2016", précise le ministère, qui ajoute qu'ils ne seront pas embauchés à long terme.

"C’est pour une durée déterminée, comme pour un échange Erasmus, où chacun apprend de l’autre avant de rentrer chez lui pour faire bénéficier son pays de l’expérience acquise", ajoute le ministère. Les agents de police qui partiront seront choisis par les autorités locales, surtout dans les rangs de ceux qui ont l’habitude de travailler "sur le terrain".

L'annonce de cette collaboration a déjà fait réagir certains politiques du côté belge, comme la coprésidente des Verts francophones, Zakia Khattabi, qui estime que c'est un "aveu d'incompétence et d'impuissance", rapportent les médias belges. "La Belgique sous-traite une compétence régalienne et va chercher une police étrangère pour l’envoyer dans certains quartiers. Quelle stigmatisation! Quel signal donne-t-on à ces quartiers où vivent des Belges issus de l’immigration depuis deux voire trois générations?", a-t-elle ajouté.

LIRE AUSSI: