MAROC
05/10/2015 10h:17 CET | Actualisé 06/10/2015 09h:18 CET

Sahara: Qui sont les membres de la délégation marocaine dépêchée en Suède?

Nabil Mounib, chef de file du Parti socialiste unifié (PSU), à la tête de la délégation marocaine en Suède
MAP
Nabil Mounib, chef de file du Parti socialiste unifié (PSU), à la tête de la délégation marocaine en Suède

DIPLOMATIE - Dans un contexte tendu entre le Maroc la Suède, une délégation s'est déplacée dimanche à Stockholm pour défendre la position marocaine sur la question du Sahara. Ce lundi, elle entamé une visite de travail de trois jours avec, au programme, des réunions avec des responsables politiques, des parlementaires et des acteurs de la société civile.

Alors qu’initialement 9 patrons des principaux partis politiques marocains devaient faire le voyage, la délégation a été finalement réduite et ne compte désormais que quatre membres des principaux partis de gauche.

A sa tête, Nabila Mounib, chef de file du Parti socialiste unifié (PSU) et professeur d’endocrinologie à l'Université Hassan II de Casablanca. Première femme marocaine élue à la tête d’un parti politique, Nabila Mounib s’était déjà entretenue avec l’ambassadrice de Suède, Erika Ferrer, vendredi 2 octobre à Rabat.

Elle est accompagnée de l’historien et universitaire Mostafa Bouaziz, lui aussi membre du PSU et professeur à l’université Hassan II de Casablanca. Auteur de plusieurs livres et ouvrages, il est notamment conseiller scientifique de la revue Zamane et membre fondateur de l’Association Marocaine de la recherche historique.

La délégation est également composée de Mohamed Ben Abdelkader, chargé des relations avec les partis socialistes d'Europe et du monde arabe de l'Union socialiste des forces populaires (USFP).

Membre du comité d’éthique de l'Internationale socialiste (IS), une organisation politique qui regroupe la majeure partie des partis socialistes et travaillistes du monde, Mohamed Ben Abdelkader connaît le dossier du Sahara.

Fin 2014, il était parvenu au sein de cette instance à "fermer définitivement le dossier du Front Polisario qui espérait changer de statut de membre observateur pour devenir membre à plein droit", selon le journal Libération, porte-parole de l’USFP.

Enfin, Rachida Tahiri, membre du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS) a aussi fait le déplacement. Militante pour le respect des droits des femmes et des enfants, elle avait notamment défendu une proposition de loi portée par son parti visant à sanctionner sévèrement l’emploi illégal d’enfants en tant que domestiques.

LIRE AUSSI: