ALGÉRIE
05/10/2015 14h:29 CET

Hassan Bouras, journaliste et militant de la LADDH placé en détention provisoire à El Bayadh

Facebook

Hassan Bouras, journaliste et membre du comité directeur de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH) a été arrêté le 3 Octobre à El Bayadh et placé sous mandat de dépôt, indique un communiqué de la Ligue.

Un juge d'instruction a ordonné le 4 octobre sa mise en détention avec des charges "d'outrage à corps constitué et incitation des citoyens à s’armer contre l’autorité de l’Etat". Des charges lourdes "dont la peine peut aller jusqu’à la peine de mort" précise la LADDH en soulignant que Hassan Bouras nie les faits qui lui sont attribués.

Le communiqué de la LADDH signé par son président Me Nourredine Benissad accuse des "sphères occultes" de faire "depuis longtemps" dans le "harcèlement" contre Hassan Bouras en raison de ses "activités de militant des droits de l’Homme."

La LADDH souligne que Hassan Bouras présentait toutes les garanties prescrites par la loi et qu'un "contrôle judiciaire suffisait". Elle rappelle que la Constitution et les conventions internationales ratifiées par l’Algérie "garantissent la liberté d’expression, la liberté comme principe et la mise en détention comme exception" et protège les "défenseurs des droits de l’homme contre toutes entraves à leurs activités".

La LADDH qui appelle à la "libération de Hassan Bouras et de tous les défenseurs des droits de l’homme" s'inquiète des "procédés et des conditions des interpellations dont a fait l’objet Hassan Bouras et d’autres citoyens dont les cas ont été rapportés par la presse.

Me Noureddine Ahmine a déclaré à Al-Arabiya.net qu'il ignorait les raisons des accusations émises contre Hassan Bouras, ni la partie qui l'accuse. L'avocat a indiqué avoir pu rendre visite au militant lorsqu'il était en garde à vue au niveau de la police.

"Je l'ai trouvé fermement décidé à se défendre et nie les faits qui lui sont imputés". L'avocat a annoncé qu'il fera un recours contre la mise en détention provisoire, le juge pouvant, a-t-il indiqué, "le libérer ou le placer sous contrôle judiciaire en lui retirant son passeport"

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.