MAROC
05/10/2015 10h:09 CET | Actualisé 05/10/2015 15h:51 CET

Le festival de la bière interdit par la Wilaya de Casablanca

Festival de la bière de Casablanca: Entre polémique et réalité
Festival de la bière de Casablanca: Entre polémique et réalité

ALCOOL - L’organisation du premier "festival de la bière" au Maroc a été interdite par la Wilaya de Casablanca, rapporte ce lundi Médias24. Selon le site d'information, la Wilaya a pris "connaissance de ce projet par voie de presse et a pris contact avec la société concernée, pour qu'elle interrompe toute communication à ce sujet, enlève toute affiche ou annonce et s'abstienne d'organiser l'événement en question".

L’événement des Brasseries du Maroc, qui devait se dérouler entre le 8 octobre et le 8 novembre prochain, avait suscité de vives critiques de la part de certains internautes qui ont dénoncé "la schizophrénie d’autoriser l’organisation d’un festival de la bière dans un pays où il est officiellement interdit de servir de l’alcool aux musulmans".

Il est, en effet, "interdit à tout exploitant d’un établissement soumis à licence de vendre ou d’offrir gratuitement des boissons alcooliques ou alcoolisées à des Marocains musulmans", selon l’article 28 de l’arrêté du directeur général du cabinet royal du 17 juillet 1967, qui n’a jamais été révoqué.

D’autres sont allés jusqu’à créer une page Facebook intitulée "Marocains contre l’organisation du Festival de la bière", estimant que l’événement encouragerait les citoyens à consommer des boissons alcoolisées. "Si la consommation d’alcool est une liberté individuelle, la promotion de la boisson est une affaire de société", peut-on lire sur la page en question.

Le Mouvement unicité et réforme (MUR), matrice idéologique du Parti justice et développement (PJD) au pouvoir, s’était également exprimé sur la question. Un communiqué publié sur le site du MUR qualifiait l’événement de festival de la "mère des vices" et demandait son interdiction. "Ce festival est un pas osé qui s’oppose radicalement aux valeurs, à l’identité et aux lois du Maroc", peut-on lire dans le communiqué. Le mouvement critiquait aussi "les responsables qui ont autorisé la tenue d’un tel événement et les médias qui en font la promotion".

Contacté par le HuffPost Maroc, le nouveau maire PJDiste de Casablanca Abdelaziz El Omari n’avait quant à lui émis aucune objection à l’organisation de ce festival de la bière dans la ville blanche. "Je n’ai pas d’opinion sur cette question", nous a-t-il déclaré, contrairement à ce qui a été écrit dans certains articles de presse assurant que le président du conseil communal de la capitale économique avait "interdit la tenue du festival".

L’événement qui rappelle la fête de la bière se déroulant chaque année au mois d’octobre à Munich, en Allemagne, s’apparentait davantage à un grand coup marketing qui aurait permis à la société Brasseries du Maroc de relancer les ventes de son produit phare après un recul de -7% en 2013 et -5,4% en 2014. Loin des 42 hectares sur lesquels se tient l’Oktoberfest en Allemagne, le festival de la bière à Casablanca devait se contenter des bars et autres endroits ayant la licence de vente d’alcool.