MAROC
05/10/2015 04h:17 CET | Actualisé 05/10/2015 07h:55 CET

"L'écart entre stages demandés et profils recherchés se creuse", selon Stagiaires.ma

EMPLOI - "Le stage est la première étape de la mise à disposition de l’étudiant sur le marché de l’emploi", affirme Youssef ElHammal, directeur et fondateur de Stagiaires.ma, un portail qui fait le go-between entre employeurs et stagiaires. Celui dont le portail vient de publier un bilan décortiquant le rapport stagiaire-manager en cette fin d’été -période très prisée pour les stages - insiste sur le fait que"les stages ont un rôle très important dans l’employabilité des jeunes".

Comment transformer l'essai et faire de son stage un tremplin pour accéder au monde du travail? "Les stages doivent être l’occasion de se spécialiser. Il faut arrêter de faire des stages en marketing et en logistique pendant tout son cursus", explique le fondateur de Stagiaires.ma.

Multiplier les stages pendant sa scolarisation permet aussi d'appréhender la phase de recherche d’emploi avec plus de sérénité. "Il faut avoir un minimum de douze mois de stage cumulés pendant la durée de sa formation", préconise Youssef ElHammal. Les chiffres le prouvent d’ailleurs.

Plus généralement, quelles sont donc les grandes tendances et évolutions du marché des stages au Maroc? Réalisée en partenariat avec le cabinet Marketing, l’étude entreprise par Stagiaires.ma pour la troisième année consécutive a sondé 4600 étudiants ayant effectué au moins un stage et pas moins de 520 recruteurs entre mai et juillet 2015.

  1. L’offre et la demande sont constantes, mais…

    besoin

    Stagiaires et employeurs ont tout autant besoin l’un de l’autre. Mais étudiants comme employeurs on du mal à trouver chaussure à leur pied. Pourquoi? D’une part, "les recruteurs sont dans une logique d’urgence et ne sont pas toujours regardants sur la qualité des profils des stagiaires", de l’autre, "les étudiants se prennent très en retard pour leurs recherches de stages et se retrouvent donc devant des offres qui n’ont rien à voir avec leur formation".

  2. Les réseaux sociaux prennent de l’ampleur pour le recrutement

    stage

    Comment les managers recrutent-ils leurs stagiaires? D'abord grâce aux réseaux sociaux et aux sites spécialisés, qui permettent de trouver la perle rare, celle qui saura s’investir corps et âme pendant sa formation en entreprise. Les sites d’annonces spécialisés sont la source idéale pour 47% des employeurs. Ils sont aussi 55% à effectuer des recherches dans les réseaux sociaux pour trouver leurs stagiaires. Les candidatures spontanées restent peu efficaces. Seuls 15% des managers leur accordent de l'intérêt.

    Du côté des étudiants, trouver un stage d’été peut relever du parcours du combattant. 64% comptent ainsi sur leurs écoles pour trouver un stage (les établissements publient généralement des annonces de stages avec les entreprises partenaires). 59% font confiance aux sites de stage et de recrutement de type Stagiaires.ma. Le réseau personnel arrive à la troisième marche du podium. 47% ont eu recours à un parent ou une connaissance afin de s’assurer un stage. Pour les étudiants, la presse écrite n'est pas d'une grande utilité : il ne sont pas plus d’1% à avoir recours à ce moyen pour avoir un pied dans le monde du travail.

  3. La réactivité des écoles mise en cause par les employeurs

    difficulte

    Si 87% des employeurs disent avoir besoin de stagiaires, tout autant affirment avoir des difficultés à en trouver. Même son de cloche du côté des étudiants dont 89% ont du mal à trouver un stage. Pour les managers, 92% se plaignent de la réactivité des écoles (pourtant première source de recherche de stages pour les étudiants) et 73% s’étonnent que les candidats ne viennent simplement pas aux entretiens. La qualité des profils est, elle, pointée du doigt par 69% des employeurs. Côté étudiants, 48% n’arrivent pas à choisir l’entreprise souhaitée et 49% déplorent le manque de réactivité de l’employeur.

  4. Les employeurs souhaitent retenir les stagiaires plus longtemps

    dure

    La durée du stage pose également problème. Si 29% des entreprises sondées proposent des stages de six mois et plus, seulement 3% des étudiants souhaitent s’aventurer dans un séjour de formation en entreprise aussi long. Les entreprises offrant des stages express d’un mois ou moins ne constituent que 7% alors que 21% (soit près du triple des offres) des étudiants sont intéressés par ce type de formation. Seul point de convergence, les stages entre trois et six mois où un certain équilibre est noté. 42% des étudiants en cherchent, 51% des managers en proposent.

  5. Les stagiaires se plaignent du manque de rémunération

    remuneration

    La rémunération des stages n’est pas monnaie courante. Seuls 34% des managers sondés disent avoir attribué un salaire à leurs stagiaires, contre 42% en 2014. Dans 51% des cas, cette somme est de moins de 1.000 dirhams. Parmi les 48% des étudiants qui disent avoir bénéficié d’une rémunération, ils sont uniquement 1% à avoir reçu une somme supérieure à 3.000 dirhams.

  6. Une expérience souvent insatisfaisante pour les deux côtés

    satisfaction

    Bilan des courses? 20% des managers ne sont "pas du tout satisfaits" de leurs stagiaires et 29% se disent "insatisfaits". Pour les recruteurs, certains étudiants manque d'’assiduité et la ponctualité (24%), de sens de communication (21%) et de capacité d’organisation (21%). Les stagiaires n'en pensent pas moins. 22% ne sont "pas du tout satisfaits" et 28% sont "insatisfaits". 24% se plaignent des outils mis à leur disposition, 22% de la délégation et responsabilisation et près de la moitié des indemnités de stage.

LIRE AUSSI: