ALGÉRIE
04/10/2015 03h:09 CET | Actualisé 08/10/2015 13h:44 CET

Fusillade de l'Oregon: le tueur s'était suicidé

A sign welcomes students back to Umpqua Community College, Monday, Oct. 5, 2015, in Roseburg, Ore. The campus reopened on a limited basis for faculty and students for the first time since armed suspect Chris Harper-Mercer killed multiple people and wounded several others on Thursday before taking his own life at Snyder Hall. (AP Photo/John Locher)
ASSOCIATED PRESS
A sign welcomes students back to Umpqua Community College, Monday, Oct. 5, 2015, in Roseburg, Ore. The campus reopened on a limited basis for faculty and students for the first time since armed suspect Chris Harper-Mercer killed multiple people and wounded several others on Thursday before taking his own life at Snyder Hall. (AP Photo/John Locher)

Les enquêteurs ont commencé à reconstituer le parcours qui a amené un jeune homme de 26 ans à ouvrir le feu dans son université dans l'Oregon (ouest), tuant neuf personnes et en blessant neuf autres avant de se suicider.

Le shérif John Hanlin a révélé samedi que le jeune homme, Chris Harper Mercer, s'est donné lui-même la mort après un échange de coups de feu avec les policiers accourus sur place.

"Le suicide est la cause" de sa mort, a déclaré le shérif devant la presse, refusant toujours de nommer le tireur pour ne pas ajouter à sa notoriété.

Chris Harper Mercer était inscrit comme étudiant dans le cours d'expression écrite où il a ouvert le feu, a également précisé le shérif.

Il disposait au total de 14 armes, selon un nouveau décompte, dont 6 ont été retrouvées sur le campus de l'université d'Umpqua, avec un gilet pare-balles et des munitions, et 8 à son domicile, où il vivait avec sa mère.

Selon les autorités, Mercer avait eu des problèmes de santé mentale.

Il a laissé une déclaration où il indiquait qu'il se sentait seul, et montrait un intérêt pour les attaques de tireur solitaire. Selon des témoins, Mercer avait demandé leur religion à des étudiants avant de les abattre ou de les épargner.

Les enquêteurs cherchent à déterminer comment le tueur s'est procuré son arsenal.

Ils cherchent à retracer également son activité en ligne.

Des commentaires postés avec l'adresse e-mail de Mercer montreraient de la sympathie pour un reporter de télévision de Virginie qui a tué récemment en direct deux de ses anciens collègues.

"Passionné d'armes"

Mercer était arrivé en Oregon en 2013 avec sa mère, venant de Californie. Ses voisins l'ont décrit comme un garçon réservé et tranquille, mais passionné dès qu'il s'agissait d'armes.

"Quand nous parlions d'armes et de chasse, il était vraiment ouvert", a expliqué Louie Flores, 32 ans, un voisin de Californie interviewé par le New York Times.

"Mais sur ce qui se passait vraiment dans sa vie, il ne disait pas vraiment grand chose", a-t-il ajouté.

Les corps des neufs victimes -- cinq femmes et quatre hommes âgés d'entre 18 et 67 ans -- ont été rendus à leurs familles vendredi.

L'une des victimes est le fils d'un pompier local. Un autre pompier a perdu sa nièce.

La fusillade et l'arsenal du tueur, acheté légalement, ont relancé une énième fois le débat sur le contrôle des armes aux Etats-Unis.

Le président Barack Obama s'est exprimé à nouveau sur ce drame vendredi pour dénoncer l'"inaction" des élus à réguler davantage l'accès aux armes à feu.

"Je vais parler de cela de manière régulière (...) et politiser cela car notre inaction est une décision politique", a fustigé M. Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

La dernière fusillade de masse dans une école américaine remonte à 2012, avec la mort de 20 enfants et 6 adultes dans l'école élémentaire de Sandy Hook, dans le Connecticut.

Mais selon des données compilées par le groupe Everitown for Gunsafety (Toutes les villes pour une sécurité des armes à feu), il a y eu 142 incidents avec des tirs dans des écoles aux Etats-Unis depuis le massacre de Sandy Hook.

LIRE AUSSI: Etats-Unis: jusqu'à dix morts lors d'une fusillade dans une université d'Oregon

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.