ALGÉRIE
03/10/2015 04h:43 CET | Actualisé 03/10/2015 04h:45 CET

Louisa Hanoune dénonce une volonté du pouvoir de "tétaniser et terroriser" les Algériens

Louisa Hanoune, le 16 septembre 2015
www.facebook.com/PT
Louisa Hanoune, le 16 septembre 2015

La manière "hollywoodienne" avec laquelle a été menée l'arrestation du général à la retraite Hocine Benhadid vise à "tétaniser et terroriser" tous ceux qui s'opposent aux orientations et aux décisions du pouvoir, a déclaré, vendredi, Louisa Hanoune, secrétaire général du Parti des Travailleurs à l'ouverture des travaux du Bureau politique de son parti.

Pour Louisa Hanoune, sans discuter du fond des accusations portées contre le général Benhadid - tout comme pour le général Hassan - il y a un "message politique" dans la manière spectaculaire dont se font les arrestations.

LIRE AUSSI :

Le général à la retraite Hocine Benhadid a été incarcéré à la prison d'El Harrach (famille)

Au CPP: Benhadid, Ould Kablia, Bouchouareb, Haddad, Rebrab et la question du "qui décide''

L’arrestation musclée et l’encerclement du général Benhadid, comme le général Hassan d’ailleurs, "donnent une image d’un pays qui se dirige vers un régime totalitaire et non vers un Etat civil". La secrétaire général du PT note que ce procédé aurait dû être appliqué au "traître Chakib Khelil" et aux "prédateurs".

Pourquoi ne pas arrêter aussi Ould Kablia, Mohammed Said ou elle-même pour des déclarations critiques à l'égard du pouvoir, s'est demandé Louisa Hanoune. "C'est comme si l'on voulait transformer le pays en une caserne".

Saïd Bouteflika président ? "C’est de l’ordre de l’impossible"

Selon Louisa Hanoune, il y a un risque de "rupture" dans une Algérie qui, vue de l'étranger, est est un pays "plein de confusions", un "bateau ivre". Elle souligne que le "danger intérieur" est aujourd’hui plus grand que celui qui vient de l'extérieur car des forces "internes" conduisent un " processus de caporalisation des institutions de l’Etat".

LIRE AUSSI : L'impasse politique annoncée du 4e mandat Bouteflika est arrivée

Louisa Hanoune a, par ailleurs, a exclu l'hypothèse d'une succession familiale à la présidence. Pour elle, l'idée de Said Bouteflika, candidat à la présidence, "c’est de l’ordre de l’impossible". "Ceux qui croient encore que le président ou l’institution militaire décidera du futur président se trompent" a-t-elle affirmé

Louisa Hanoune s'est également prononcée sur la "bagarre" entre le ministre de l'industrie Abdesselam Bouchouareb et l'homme d'affaires Issad Rebrab. Sur la forme, Louisa Hanoune fustige un dévoiement de la fonction ministérielle dont se serait rendu coupable M.Bouchouareb.

Le ministre n'a pas respecté son "obligation de réserve" en s'attaquant à l'homme d'affaires en présence d'un ministre tunisien et devant les caméras de la tv publique. Pour elle, c'est un comportement qui ne sied pas à un "ministre de la République".

LIRE AUSSI :

- Bouchouareb accuse Rebrab d'avoir surfacturé de vieux équipements destinés à l'Algérie

-Rebrab accuse Bouchouareb de "fantasmer" et nie avoir importé des équipements obsolètes

- Rebrab: Je porterais plainte contre Bouchouareb s'il ne présente pas des excuses publiques

Louisa Hanoune s'est livrée aussi à décryptage du langage très patriotique utilisé par Bouchouareb dans sa charge contre Rebrab en donnant de "mon pays"…

Le blocage du projet Rebrab sert les intérêts français

."Quand on est à l’étranger on dit mon pays, mais quand on est en Algérie on dit notre pays." a noté la secrétaire générale du PT. Sur le fond, Louisa Hanoune souligne que la loi n'interdit pas d'importer du matériel rénové.

Le projet de Rebrab est une délocalisation vers l'Algérie pour une production entièrement destinées à l'exportation, souligne-t-elle. "Qui peut être dérangé par ce projet," se demande-t-elle, sauf des "groupes d’intérêts en France" qui s'alarment d'une concurrence d'une usine en Algérie.

Sur l'accusation de surfacturation, Louisa Hanoune assure que le gonflement des factures est une pratique généralisée chez les hommes d'affaires. Louisa Hanoune a mis au défi Bouchouareb d'apporter une preuve que les importateurs ne sont pas impliqués dans ces pratiques pour lesquelles elle demande un débat public.

Hanoune a indiqué en direction d’Ali Haddad, qui a annoncé un recours systématique à la justice en cas d'attaques, qu'elle ne comptait pas se taire "devant les appétits voraces de l’oligarchie, devant le gaspillage et toutes les dérives". Le PT, a-t-elle souligné, n'a pas de problème avec le FCE mais avec la "poignée d'oligarques" en son sein.

Pour elle, le traitement médiatique des activités de Haddad, la disponibilité déférente des responsables devant lui envoie un message subliminal : "l’État et ses démembrements sont à la disposition des hommes d’affaires et que celui qui veut rester responsable doit faire acte d’allégeance".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.