MAROC
02/10/2015 14h:32 CET | Actualisé 03/10/2015 07h:37 CET

Un Marocain arrive à la troisième place du concours "Ma thèse en 180 secondes" (VIDÉO)

Un Marocain se arrive à la troisième place du concours "Ma thèse en 180 secondes"
DR
Un Marocain se arrive à la troisième place du concours "Ma thèse en 180 secondes"

CONCOURS - La finale de la deuxième édition de "Ma thèse en 180 secondes" s'est tenue jeudi 1er octobre à Paris. Le principe de ce concours ? Monter sur scène pour expliquer au public un sujet de thèse de doctorat, en le synthétisant et vulgarisant au maximum, avec pour seule aide un diaporama.

Seize doctorants originaires de huit pays se sont succédé sur la scène du Grand amphithéâtre de la Sorbonne face au jury, et c'est un Marocain qui s'est hissé à la troisième place du concours. Il s'agit d'AbdelKader Meni Mahzoum, doctorant à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Sa thèse portait sur l"'Etude de l’impact du carpocapse causé par Cydia pomonella L. chez les variétés de pommier (Malus sp.) dans la région de Fès. Contribution à la mise au point de méthodes de lutte alternatives et non polluantes".

Dans un langage plus abordable, elle avait pour thème la recherche d'une méthode non-polluante pour lutter contre la Carpocapse, une chenille qui décime les vergers de pommiers.


AbdelKader Meni Mahzoum - Troisième prix du...par mt180fr

Deux autres candidats représentant le Maroc étaient d’ailleurs présents. Leïla Drissi Kaïtouni a parlé du secret des bactéries halophiles tandis qu'Assoman Kouakou, originaire de Côte d'Ivoire, a présenté ses études portant sur la recherche d'une molécule intelligente capable d'avoir une action différenciée sur les cellules saines et les cellule cancéreuses.

La première place été attribuée au mathématicien belge Adrien Deliège qui travaille sur l’"Analyse de séries temporelles climatiques basée sur les ondelettes". La deuxième place et le prix du public ont été remportés par le Français Alexandre Artaud qui a présenté sa thèse ayant pour thème la "Spectroscopie tunnel à très basse température de graphène sur rhénium supraconducteur". Vaste programme.

LIRE AUSSI: