ALGÉRIE
02/10/2015 09h:06 CET | Actualisé 02/10/2015 09h:07 CET

De nouvelles dispositions dans les contrats de financement des films co-produits par l'Algérie

L’équipe du film Madame courage de Merzak Allouache projeté en territoires occupés
AFP
L’équipe du film Madame courage de Merzak Allouache projeté en territoires occupés

Le ministère de la Culture prévoit d'introduire de nouvelles dispositions dans les prochains contrats de financement des films

co-produits par l'Algérie lui conférant un "droit de regard" sur leur participation à des festivals internationaux, a indiqué jeudi à Alger le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi.

S'exprimant en marge de l'ouverture de l'année universitaire des établissements sous tutelle du ministère de la Culture, M. Mihoubi réagissait aux polémiques suscitées par la sélection de films algériens à des festivals en Israël.

Selon le ministre, son département pourrait aller jusqu'à "interdire" aux films financés -"à quelque hauteur que ce soit" par l'Algérie- de participer à certains festivals.

Le film "Madame Courage" de Merzak Allouache qui participe actuellement au Festival international du film de Haïfa (en Palestine occupée) a suscité une nouvelle polémique, quelques mois après que "L'Oranais" de Lyes Salem, sélectionné dans un autre festival israélien, ait soulevé une vague de protestation avant que son auteur ne le retire de la programmation du festival.

M. Mihoubi a, par ailleurs, rappelé que son ministère "n'exerce aucun pouvoir de tutelle" sur le film de M. Allouache, affirmant que "Madame Courage" a bénéficié d'un financement "à hauteur de 20 millions de dinars dont 8 déjà versés", comme première tranche de la contribution du ministère de la Culture.

Jugeant cette participation financière "limitée", le ministre a indiqué que "la responsabilité liée à ce film relève de son seul producteur", Baya Films.

Dans des propos rapportés mercredi par le quotidien arabophone El Khabar, Merzak Allouache a déclaré n'avoir "pas encore reçu" le montant prévu par l'accord avec le ministère, une subvention qui, a-t-il dit, "ne permet pas de considérer le ministère de la Culture comme co-producteur" de son dernier film.

"La sélection d'un film à un festival, fut-il israélien, n'engage ni l'Etat algérien qui n'est pas co-producteur du film ni ses aides qui ne sont pas conditionnées par des critères de diffusion internationale", écrit par ailleurs Merzak Allouache dans une lettre ouverte publiée jeudi et dont l'APS a reçu une copie.

Dans sa lettre, le cinéaste algérien affirme "assumer" la présence de son film au festival israélien "tout en acceptant les opinions contraires" dès lors, écrit-il, qu' elles s'expriment "sereinement".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.