MAGHREB
01/10/2015 11h:55 CET | Actualisé 01/10/2015 12h:32 CET

L'Association Tunisienne des Femmes Démocrates s'alarme de l'emploi des fillettes comme domestiques

page Facebook/ ATFD

L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) a dénoncé jeudi l’incitation au travail des enfants, suite à une publication sur la page Facebook "Jeunes mamans" où une dame appelle à recruter une fille de 15 ans comme domestique. Cette annonce a suscité de vives réactions dans les médias et sur les réseaux sociaux. L'internaute à l'origine de la publication Facebook avait porté plainte contre plusieurs journalistes et blogueurs pour "diffamation". L’audience est prévue le 10 octobre 2015.

LIRE AUSSI:Tunisie: Quand une annonce sur Facebook rappelle le calvaire des aides ménagères mineures

L’ATFD a apporté son soutien aux personnes convoquées par la justice dans cette affaire, s’étonnant du fait que le ministère public ne mentionne pas les propos de la plaignante dans sa poursuite des personnes 'accusées de diffamation':

"La disproportion de la réponse de l’Etat est inquiétante dans un pays doté d’un Code de la Protection de l’Enfance, d’un corps des Délégués à la Protection de l’Enfance et alors que la Tunisie prétend être en phase de transition démocratique", poursuit l'association.

Le communiqué rappelle des chiffres accablants concernant l’exploitation des enfants:

  • La servitude toucherait 3% des enfants âgés entre 5 et 14 ans et jusqu’à 5% des enfants en milieu rural.
  • Le travail domestique d’employées de maison est effectué par 17,5% de filles âgées entre 12 et 17 ans. Plus de 32% n’ont jamais été scolarisées et près de 31% ont été contraintes de quitter l’école.

L’association exhorte à cette occasion l’Etat Tunisien à activer l’application de la Convention relative aux droits de l’enfant ainsi que le Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale, ratifiés par la Tunisie et qui assimilent la situation des fillettes employées de maison à la traite des personnes.

Un projet de loi visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, a été présenté par le ministère de la Justice, et est actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.