MAGHREB
28/09/2015 13h:10 CET

Tunisie: La LTDH réagit à l'affaire de la condamnation d'un étudiant pour "pratiques homosexuelles" et répond aux accusations

page Facebook LTDH

La Ligue tunisienne des droits de l’Homme a demandé l'ouverture d'une enquête suite à la condamnation d’un jeune étudiant de 22 ans pour "pratiques homosexuelles". La LTDH appelle également à sa libération.

Dans un communiqué publié lundi, la Ligue condamne les transgressions cumulées de la Constitution et des codes de déontologie des médecins et des forces de l’ordre en obligeant le jeune homme à subir un test anal. Une atteinte flagrante à l’intégrité physique et aux libertés, selon la LTDH.

L’organisation appelle à l’abrogation de l’article 230 du code pénal, un article "moyenâgeux" et "en contradiction avec les droits humains".

Contacté par le HuffPost Tunisie, Abdessatar Ben Moussa, président de la LTDH a répondu à ceux qui accusaient la Ligue de tarder à prendre position dans cette affaire révélée depuis plus d’une semaine.

"Les procédures qui régissent la Ligue imposent de consulter toutes les sections régionales avant de prendre une position", a-t-il déclaré.

"Pour notre crédibilité, nous devons aussi s'assurer de la véracité des faits", a-t-il précisé.

Mohamed Salah Khrigi, porte-parole de la LTDH a souligné pour sa part au HuffPost Tunisie que ce genre de questions sensibles, à l’instar de la dépénalisation de l’homosexualité doivent être amplement discutées au sein même de la Ligue avant de prendre telle ou telle position publique. Le but est "d'aplanir les différends, même si toute personne qui adhère à la Ligue est sommée d’intégrer les droits humains au sens global et universel, c’est une question de principe", a-t-renchéri.

Ali Zeddini, membre du bureau exécutif promet de son côté que "la Ligue suivra de près cette affaire afin d’aboutir à la libération du jeune homme. Nous appuierons toutes les associations qui œuvrent pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie et nous ferons avec eux le travail de lobbying nécessaire afin d’abolir l’article 230. Une pression sur les élus en fera partie", a-t-il déclaré au HuffPost Tunisie.

LIRE AUSSI:

L'Association Tunisienne des Femmes Démocrates appelle à la fin de la discrimination sur la base de l'orientation sexuelle

Tunisie: Human Rights Watch appelle à la libération d'un étudiant jugé pour "actes homosexuels"

Tunisie: L'affaire du jeune homme condamné pour "pratiques homosexuelles" révèle "le manque de courage qui ronge nos progressistes" (INTERVIEW)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.