MAROC
28/09/2015 12h:53 CET | Actualisé 28/09/2015 14h:37 CET

Un chirurgien veut lancer un centre médico-social gratuit pour les réfugiés à Casablanca

Un chirurgien lance un centre gratuit pour les réfugiés à Casablanca
Un chirurgien lance un centre gratuit pour les réfugiés à Casablanca

SANTÉ - Alors que la question de l’accueil des réfugiés syriens est au cœur du débat en Europe, un chirurgien marocain, Zouhair Lahna, veut lancer un centre médico-social à Casablanca pour les réfugiés les plus démunis. Gratuits, les services seront surtout proposés aux femmes enceintes et jeunes enfants.

Sur sa page Facebook, le chirurgien gynécologue, qui revient de plusieurs mois de mission humanitaire en Syrie, explique les raisons de ce projet baptisé "Injab".

"Depuis un moment, je me posais la question sur la faisabilité de la mise en place d'un centre médical pour venir en aide aux démunis et aux déracinés (Syriens et Africains subsahariens) qu'on croise au quotidien devant les mosquées et les carrefours des grands axes de Casablanca avec enfants sur le dos ou courant entre les voitures", écrit-il.

"Ces femmes demandent de l'aide, souvent ordonnances à la main ou pancarte de soutien pour le règlement de leurs logements. Les enfants qui sous la canicule de midi sont devenus des proies aux émanations des pots d'échappements des voitures, ne connaissent plus le chemin des écoles", déplore le médecin.

Avec l’aide de plusieurs personnes, le docteur Zouhair Lahna a ainsi pris la décision d’ouvrir le centre dans le quartier Farah Salam à Oulfa, dans la périphérie de Casablanca. Un quartier connu pour abriter de nombreux réfugiés syriens et africains subsahariens, ainsi que des Marocains démunis.

Soutenu par un collectif d’ONG, le centre assurera gracieusement des soins préventifs et curatifs aux personnes dans le besoin, prodigués par une équipe dirigée par le gynécologue composée de deux médecins généralistes, une sage-femme, une assistante sociale et une assistante administrative.

Le centre, en partenariat avec plusieurs cliniques et hôpitaux, pourra également réaliser des interventions chirurgicales à moindre coût, indique l’ONG Yalla Maroc, qui coordonne le projet.

Financièrement, le centre devra compter sur des levées de fonds réalisées par le collectif d'associations partenaires auprès des donateurs, des pouvoirs publics et la coopération internationale, ajoute l’ONG.

Bien que l’évaluation reste difficile, on estime le nombre de réfugiés syriens vivant au Maroc à un peu plus de 5.000. Parmi eux, 1.763 ont été enregistrés par le HCR au 31 août 2015.

LIRE AUSSI: