ALGÉRIE
24/09/2015 03h:15 CET | Actualisé 24/09/2015 05h:34 CET

Syrie: Merkel estime qu'il faut parler à Bachar al-Assad pour résoudre le conflit

 Angela Merkel  et François Hollande, à Bruxelles le 23 septembre, n'ont pas le même discours sur Bachar al-Assad
ASSOCIATED PRESS
Angela Merkel et François Hollande, à Bruxelles le 23 septembre, n'ont pas le même discours sur Bachar al-Assad

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé jeudi qu'il fallait parler avec le président syrien Bachar al-Assad pour trouver une solution au conflit qui mine le pays et a provoqué l'exil de nombreux Syriens fuyant la guerre.

"Il faut parler avec de nombreux acteurs, et cela implique (Bachar al) Assad, mais il y en a d'autres", a déclaré la chancelière allemande à la fin d'un sommet extraordinaire des 28 à Bruxelles, consacré à la crise migratoire en Europe.

Il faut parler "non seulement avec les Etats-Unis, la Russie, mais aussi avec les partenaires régionaux importants, l'Iran, des pays sunnites comme l'Arabie saoudite", a plaidé Mme Merkel.

Egalement interrogé sur le conflit syrien, le président français François Hollande a répété que "l'avenir de la Syrie ne peut pas passer par Bachar al-Assad". "Il ne peut y avoir de transition réussie qu’avec son départ", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse après le sommet européen.

Mardi, lors d'une visite en Grande-Bretagne, M. Hollande s'était entendu avec le Premier ministre David Cameron "sur la nécessité de dynamiser le processus politique" en Syrie, alors que le régime de Bachar al-Assad venait de recevoir de la Russie des avions de combat et de nouvelles armes pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI).

LIRE AUSSI : Aux Halles de Damas, la Syrie retrouve les saveurs de son unité

"Nous aurons sans doute encore à accentuer notre pression de façon à ce que les vols de reconnaissance que nos avions font en ce moment puissent, si nous avons des cibles, des objectifs, être traduits le moment venu par des frappes", a affirmé le chef de l'Etat français. M. Hollande a ouvert la voie à des frappes françaises en Syrie le 7 septembre, tout en excluant une intervention terrestre.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.