ALGÉRIE
23/09/2015 08h:35 CET | Actualisé 23/09/2015 08h:51 CET

Le gisement de Hassi Messaoud n'a été exploité qu'à hauteur de 15%, selon Mourad Preure

Maghreb Emergent

Le gisement de Hassi Messaoud n'a été exploité qu'à hauteur de 15%, et les réserves algériennes ont encore de longues années devant elles, selon les déclarations du professeur et expert Mourad Preure, lors d'une conférence du Cercle d'action et de réflexion autour de l'entreprise (CARE) animée mardi 22 septembre.

A l'heure où certains experts soulignent l'épuisement des réserves hydrocarbures du pays, cet intervenant, relayé par plusieurs médias, explique ainsi que l'Algérie "dispose d'un grand potentiel dans la production pétrolière".

Mourad Preure a expliqué lors de la même conférence, relayé par le site d'information Maghreb Emergent, que les gisements exploités "ont encore plusieurs années de récupération devant eux". Contrairement à d'autres experts, il a affirmé, qu'il n'est pas impossible de découvrir un nouveau Hassi Messaoud et un nouveau Hassi R’mel"."L’exploration du sous sol algérien peut nous réserver de belles surprises", dit-il.

Il a rajouté que les réserves algériennes de pétrole sont estimées à plus de 12 milliards barils.

Explorer à l'international

Toutefois, l'augmentation de la production algérienne ne peut constituer une solution face à la chute des prix du pétrol. Mourad Preure explique que la baisse des prix dans les marchés internationaux constitue "une donnée exogène" et la hausse de la production ne changera pas la donne.

L'intervenant a ainsi appelé au maintien des taux actuels de production.

Il a notamment insisté sur l'exploration à l'international, affirmant que Sonatrach doit devenir un acteur actif du marché pétrolier et "acheter des sociétés pétrolières étrangères qui ont des réserves et entrer dans leurs capitaux" pour préserver celles de l'Algérie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.