MAROC
23/09/2015 13h:15 CET | Actualisé 23/09/2015 13h:24 CET

Le statut d'auto-entrepreneur officiellement lancé

Le statut d'auto-entrepreneur officiellement lancé
DR
Le statut d'auto-entrepreneur officiellement lancé

ENTREPRENEURIAT - C’est une (petite) révolution pour les petites entreprises. Le statut d’auto-entrepreneur, adopté par la Chambre des conseillers en janvier 2015, vient d’être officiellement lancé.

Comme une lettre à la poste

Le site web dédié à ce nouveau régime est enfin opérationnel. Si vous êtes éligibles au statut (voir la liste des professions exclues), vous pouvez demander une carte auto-entrepreneur en fournissant une photocopie de la CIN et une photo récente, et en remplissant le formulaire d’inscription. Le tout doit ensuite être déposé dans un des guichets de Poste Maroc. Sur le site dédié, il est possible de suivre l’état d’avancement de son dossier.

200.000 ou 500.000 dirhams de chiffre d'affaires

A l’exception des professions et prestations de service exclues du régime de l'auto entrepreneur, sont concernés ceux qui exercent une activité indépendante dont le chiffre d'affaires annuel ne dépasse pas les 200.000 dirhams pour les prestations de service et 500.000 dirhams pour les activités commerciales, industrielles ou artisanales.

Les déclarations fiscales aux guichets de Poste Maroc

Les déclarations fiscales et le paiement des impôts et des cotisations sociales se feront aux guichets de Poste Maroc, qui dispose du plus grand maillage territorial en terme de réseau d'agences.

Autre avantage : l'auto-entrepreneur n’est plus obligé de détenir un local (bureau ou atelier) pour domicilier son activité. Il peut simplement utiliser son lieu de résidence comme adresse officielle, qu'il soit propriétaire ou simple locataire.

Sortir de la clandestinité

Bouclée en un temps record de 11 mois, la création du statut d’auto-entrepreneur devrait sortir des centaines de milliers de Marocains de la clandestinité pour leur donner un statut et leur offrir une couverture sociale et médicale.

LIRE AUSSI: