22/09/2015 06h:00 CET | Actualisé 22/09/2015 06h:00 CET

CFC News: La semaine économique et financière au lundi 21 Septembre 2015

FINANCE - Développement des investissements immobiliers et emprunts sur les marchés internationaux: Tour d’horizon de l’actualité économique et financière s’achevant ce lundi 21 Septembre 2015 d’un continent africain toujours en pleine expansion.

12 pays africains où l’immobilier de luxe est le plus abordable

Douze pays africains figurent dans le Top 20 des marchés émergents où l’immobilier de luxe est le plus abordable, selon une étude publiée le 1er septembre par le portail immobilier allemand Lamudi.

L’Ethiopie arrive en tête de ce classement portant sur les 32 pays émergents où Lamudi est présent. Acheter une propriété immobilière de luxe en Éthiopie coûte en moyenne 396,58 euros le mètre-carré.

La Côte d’Ivoire, pays en plein redécollage économique après une crise politico-militaire, se positionne, avec un prix moyen de 427,65 euros/m2, selon le classement réalisé sur la base des prix moyens par mètre-carré issus de plusieurs milliers d’annonces immobilières.

La Tanzanie revendique la troisième place dans le classement (486,03 euros/m2).

Avec un prix moyen de 850, 54 euros/m2, le Kenya arrive en 6è positon, après le Mexique et la Colombie.

Le Nigeria (856,29 euros/m2) talonne le Kenya alors que la Tunisie (885,52euros/m2) occupe la 9ème position, juste devant le Ghana (1035,75 euros/m2).

Le Maroc (1144, 25 euros/m2) pointe au 12è rang, devant l’Ile Maurice (1484,49 euros/m2).

L’Ouganda (1597,22 euros/m2) arrive en 15è position, devant l’Algérie (1766,53 euros/m2) tandis que l’Angola (3965, 52euros/m2) ferme le Top 20.

A noter que l’Angola arrive devant le Qatar et les Emirats Arabes Unis.

Growthpoint properties se prépare pour une percée sur les marchés africains

Le nom n'est pas très connu du grand public africain, et pourtant il s’agit du plus important fonds d'investissement immobilier coté sur le Johannesburg Stock Exchange (le marché financier sud-africain).

Son directeur exécutif, Estienne de Klerk, a indiqué il y a quelques jours que ce projet d'expansion africaine était en cours de finalisation. Growthpoint s'associera à cet effet à un gestionnaire d'actifs dont l’identité n’a pas été révélée, pour acquérir ou développer des propriétés immobilières en dehors de l'Afrique du sud. C'est une nouvelle tendance pour les véhicules d’investissement immobilier sud-africains.

Toutefois très peu d'entre eux s'engagent sur de nouveaux projets, et préfèrent investir sur l'existant. Le fonds ne devrait pas déroger à la règle, d'autant qu'il a procédé de la même façon pour se développer en Afrique du sud. De 1,5 milliards de rands, la valeur globale de ses actifs a progressé en 14 ans pour atteindre les 100 milliards de rands (6,6 milliards d’euros).

L’Ethiopie compte recourir à nouveau au marché international de la dette

L’Ethiopie compte emprunter à nouveau sur les marchés internationaux pour financer des projets d’infrastructures, après le récent succès de son premier eurobond de 1 milliard de dollars, rapporte l’agence Reuters le 15 septembre, citant le porte-parole du ministère des Finances, Haji Ibsa.

«Il est très probable que l'Ethiopie se tourne à nouveau vers les marchés internationaux vu que plusieurs grands projets d'infrastructure sont actuellement dans le pipeline», a déclaré M. Ibsa, qui cité notamment le vaste chantier d’extension du réseau national des chemins de fer. «La décision n’a pas été encore prise mais je pense que cela se fera après l’entrée en fonction du nouveau gouvernement en octobre prochain», a-t-il ajouté.

Le livre d’ordres du premier eurobond éthiopien émis en décembre 2014 avait atteint 2,6 milliards de dollars. Le gouvernement éthiopien avait alors fixé le montant de cet eurobond destiné à financer des projets d’infrastructures à 1 milliard de dollars.Notée «B1» par Moody’s et «B» par Standard & Poor’s et Fitch Ratings, l’Ethiopie enregistre depuis plusieurs années un taux de croissance qui tourne autour de 9% en moyenne par an, selon les données du FMI.

L’économie éthiopienne devrait enregistrer une croissance de 10,5% durant l’exercice 2015/2016 (juillet 2015-juin 2016), d’après les dernières projections de la Banque mondiale.

La BMCE affiche de bons résultats financiers

La Banque Marocaine du Commerce Extérieur (BMCE), a annoncé dans un communiqué publié ce 21 septembre, être sur une plus-value de 1,1 milliards de dirham (114 millions de dollars) au premier trimestre 2015. Une augmentation de 18% par rapport à la même période en 2014.

Selon le PDG de BMCE, Othman Benjelloun, cette performance est surtout due à une stabilisation de la créance douteuse à hauteur de 806 millions de Dirham, soit une baisse de 24%. Il a également rappelé les excellents résultats financiers de son établissement sur le plan local qui est de 64 %, 28 % sur le plan régional (filiale en Afrique) et 8 % en Europe.

Le produit bancaire a augmenté de 6% pour atteindre 5,9 milliards en 2015.

Le rendement des capitaux propres a également connu une croissance de 0,2 % (13,7 en juin 2014 contre 13,9% en juin 2015).

Pour rappel la BMCE est présente dans vingt pays africains à travers les filiales Bank of africa, la congolaise de banque et la banque de développement du Mali

LIRE AUSSI