MAGHREB
21/09/2015 13h:55 CET | Actualisé 21/09/2015 14h:19 CET

Selon l'Institut Arabe des Chefs d'Entreprises, le climat des affaires en Tunisie est peu satisfaisant

http://www.iace.tn/wp-content/uploads/2015/01/iace

ÉCONOMIE - L’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a publié le 18 septembre dernier un classement de l’attractivité des gouvernorats en Tunisie, en partenariat avec le "Center For International Private Enterprise" (CIPE).

Pour ce faire, 15 enquêteurs répartis sur 24 gouvernorats ont interrogé 313 entreprises. La méthodologie de l’IACE s’est concentrée sur 91 indicateurs répartis sur 5 domaines: les services municipaux, les services non municipaux, la gouvernance et l’approche participative, la transparence et l’accès à l’information, et enfin l’infrastructures et le cadre de vie.

Selon l’indice obtenu, l’IACE note le climat des affaires suivant des critères qui vont de "pas du tout satisfaisant" à "très satisfaisant" et selon un barème qu’il a fixé comme suit:

-Entre 0 et 2/10: pas du tout satisfaisant

-Entre 2 et 4/10: peu satisfaisant

-Entre 4 et 6/10: moyennement satisfaisant

-Entre 6 et 8/10: satisfaisant

-Entre 8 et 10/10: très satisfaisant

Il en ressort de cette étude que l’indice global du climat des affaires en Tunisie est de 3,34 sur 10, soit peu satisfaisant.

Plus intéressant encore, la fracture nord/sud que fait apparaître ce rapport. En effet, parmi les 4 plus forts indices positifs du climat des affaires, 3 appartiennent aux gouvernorats de Tunis, Sousse et l'Ariana, alors que 3 des 4 plus faibles sont au profit de Kébili, Sidi Bouzid et Tataouine.

Le gouvernorat de Tunis domine ce classement avec un indice moyen de 5,56 sur 10, alors que le gouvernorat de Kebili le clôt avec un indice moyen de 1,93 sur 10.

En matière de services municipaux, d’approche participative et d’infrastructures et cadre de vie, le gouvernorat de Tunis domine aussi le classement. Quant au classement relatif aux services non municipaux, il est dominé par Sfax. Enfin, le gouvernorat de Sousse est à la tête du classement en matière de transparence et d’accès à l’information.

Rentrant plus dans le détail par gouvernorats, l’IACE accentue la fracture Nord/sud du pays. Si dans les gouvernorats du nord du pays (Tunis, Manouba, Ben Arous, Nabeul,Sousse…), c’est surtout le nombre assez petit d’écoles primaires et de lycées qui est pointé du doigt, dans les gouvernorats du Sud, c’est l’absence de pôles de compétitivité régionale qui fait défaut (Kébili, Sidi Bouzid, Kasserine,Tataouine…).

LIRE AUSSI:Tunisie: Un think-tank lié au patronat critique la taxation des entreprises offshore

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.