ALGÉRIE
21/09/2015 13h:21 CET | Actualisé 21/09/2015 13h:23 CET

Nigeria: le bilan des attentats à Maiduguri s'alourdit, au moins 54 morts

Une explosion a eu lieu dans le marché de Maiduguri (nord-est du Nigeria), le 31 juillet 2015  © AFP/Archives
afp
Une explosion a eu lieu dans le marché de Maiduguri (nord-est du Nigeria), le 31 juillet 2015 © AFP/Archives

Au moins 54 personnes ont été tuées dans les attentats perpétrés par le groupe islamiste Boko Haram dimanche à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a annoncé lundi la police.

"54 personnes sont mortes et 90 autres ont été blessées", a déclaré à des journalistes le porte-parole de la police de l'Etat de Borno, Victor Isuku, tandis qu'un précédent bilan établi par des témoins faisait état d'au moins 21 morts. "Les blessés sont soignés à l'hôpital général Umaru Shehu" et dans un autre établissement de l'Etat, a-t-il ajouté.

Ces attentats ont été perpétrés alors que l'armée nigériane avait salué samedi ses "succès" dans la lutte contre les insurgés. Selon les secours et des militaires, trois explosions différentes ont eu lieu dimanche dans les quartiers de Gomari et d'Ajilari à Maiduguri. Mais d'après des témoins, il y en aurait eu quatre, dont une dans une mosquée et une visant des fans de football attroupés devant un match à la télévision.

"J'ai vu les cadavres de mes propres yeux. Il y a eu quatre explosions distinctes", a assuré Bashir Ibrahim, qui habite dans la zone urbaine densément peuplée de Gomari, près de l'aéroport de Maiduguri.

Au moins 15000 morts et 2 millions de déplacés depuis 2009

La première bombe a tué six personnes avant qu'une deuxième explosion, quelques minutes plus tard, fasse 14 blessés, dont des enfants venus vendre des marchandises à l'endroit du premier attentat, a-t-il décrit.

D'après un commerçant, Faruq Ali, un troisième engin a explosé dans une mosquée de Binta Sugar, un quartier également très peuplé. "Par chance, seules quelques personnes étaient en train de prier, mais nous avons recensé 11 cadavres et 21 blessés", a-t-il raconté.

Markus John, réparateur de pneus, explique quant à lui qu'une quatrième bombe a explosé à proximité d'un lieu où des fans de football regardaient un match à la télévision. "On a compté quatre corps et plusieurs blessés", a-t-il dit.

Une nouvelle vague de violences frappe le nord-est du Nigeria, peuplé en majorité de musulmans, depuis l'investiture le 29 mai du président Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les islamistes.

L'insurrection Boko Haram et sa répression ont fait au moins 15.000 morts et forcé plus de deux millions de Nigérians à fuir leurs foyers depuis le début 2009.

Boko Haram a subi depuis février des revers militaires infligés par les armées des pays de la région et perdu le contrôle d'importantes localités. Le groupe a depuis changé de stratégie et de plus en plus recours à des techniques de guérilla: raids éclairs contre des villages, souvent pour se réapprovisionner et attentats-suicides dans des lieux très fréquentés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.