MAROC
18/09/2015 12h:44 CET | Actualisé 18/09/2015 12h:44 CET

Les coulisses du tournage de Much Loved par Loubna Abidar

Les coulisses du tournage de Much Loved par Loubna Abidar
dr
Les coulisses du tournage de Much Loved par Loubna Abidar

CINÉMA – Dans une longue interview accordée à Télérama, l'héroïne du film polémique réalisé par Nabil Ayouch revient sur son rôle de prostituée qui lui a valu injures, menaces et procès. Et fait le point sur l'après Much Loved.

"J'ai toujours gardé dans mon cœur un amour pour ces femmes (les prostituées, ndlr). Quand j'ai su que Nabil Ayouch voulait faire un film pour parler d'elles sans montrer une image misérable, j'ai tout fait pour avoir le premier rôle", raconte celle qui joue le rôle de Noha dans le film interdit au Maroc.

"Nabil Ayouch nous a fait pleurer"

Ce premier rôle lui a valu de bonnes critiques en France, mais "au Maroc, on me traîne en justice", regrette la comédienne de 29 ans.

"Je suis accusée de faire du cinéma pornographique et d'encourager les jeunes filles à se prostituer. Mais malgré tous ces problèmes, malgré le fait d'avoir été insultée, je suis fière de ce que Nabil Ayouch m'a fait jouer".

Comment se sont déroulées les préparatifs ? "Nabil Ayouch nous a préparées au tournage en tant qu'actrices et en tant que femmes. Nous sommes musulmanes dans une société difficile pour les prostituées comme celles que nous allions jouer. Nous avons fait beaucoup d'exercices pour ne pas nous retrouver sur le plateau en train de dire : non, je ne fais pas ça parce que l'islam me l'interdit. Nabil nous a fait parler, il nous a fait pleurer aussi, c'était un long travail pour dénouer des peurs, des tabous, pour trouver la paix entre nous et nos cœurs, et aussi entre nous et nos corps. Ce travail a été magique", confie celle qui vient de recevoir France le prix d'interprétation au Festival Angoulême.

Rester en France...

Loin de toute polémique, tourner ce film, c'était aussi pour Loubna Abidar affirmer quelque chose d'important sur la liberté des femmes arabes en général.

"J'ai grandi dans une société où la religion est très forte, ça rendait cette scène (celle où le personnage qu'elle interprète estau lit avec un client, interprété par Carlo Brandt, ndlr) très difficile. J'ai quand même réussi à la tourner. Je voulais montrer que les femmes marocaines sont fortes, qu'elles connaissent l'amour, qu'elles sont sensibles aussi. On n'est pas différentes des autres femmes, l'amour fait partie de notre vie ".

L'après Much Loved, Loubna Abidar l’envisage loin du Maroc. “J'ai reçu des félicitations de réalisateurs marocains. Mais je veux pour l'instant rester ici. J'ai maintenant un ami en France, c'est Dominique Besnehard (producteur de cinéma et acteur français, ndlr). Il apprécie mon travail, ma force, mon visage. Il va m'aider à envisager une carrière”.

LIRE AUSSI: