ALGÉRIE
18/09/2015 08h:24 CET | Actualisé 18/09/2015 08h:46 CET

Jérusalem: l'occupation bloque les accès de la Mosquée Al-Aqsa aux Palestiniens

Maan News

Des centaines de Palestiniens ont manifesté aujourd'hui 18 septembre après la prière du vendredi à Jérusalem, après avoir été empêché par la police de l'occupation israélienne d'accéder à la Mosquée Al-Aqsa, rapporte Maan News.

Les manifestants, qui ont prié dans les rues adjacentes, ont appelé à protéger la Mosquée Al-Aqsa, sous les balles à caoutchouc et les bombes lacrymogènes que lançait l'armée de l'occupation pour les dissuader d'accéder au lieu saint et y faire la prière du vendredi.

Dans plusieurs autres localités, telles Ras al'Amud et Silwan, les soldats de l'occupation ont agressé des Palestiniens, rapporte la même source.

La Cisjordanie occupée était aussi sous tension en ce jour de prière. Le Hamas a appelé à un "jour de colère" en faveur de l'esplanade.

La police de la colonisation israélienne a renforcé ses effectifs à Jérusalem, en proie aux violences depuis des mois et à un nouvel accès de fièvre ces derniers jours, après les multiples agressions à l'égard des Palestiniens. La raison des crispations récentes, l'esplanade des Mosquées, fait redouter un embrasement déjà connu par le passé.

"Respect 'strict' du statu quo"

L'esplanade est située à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem occupée et colonisée en 1967 par Israël et annexée, donc au coeur du conflit-palestinien. Avec le dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa qui s'y trouvent, elle est un symbole intangible, sublimé par la religion, pour des Palestiniens frustrés depuis des décennies.

Poudrière menaçant toujours d'exploser, elle vient de connaître trois jours de heurts entre Palestiniens et soldats de l'occupation israélienne, et va au devant d'une nouvelle période sensible, avec la collision, mercredi, de l'Aïd el-Adha.

Les violences de dimanche à mardi ont coïncidé avec les célébrations du Nouvel an juif qui voient les juifs prendre plus nombreux le chemin du site. Car l'esplanade est aussi un lieu saint du judaïsme. Les règles qui gouvernent le lieu (le "statu quo") n'autorisent les juifs qu'à la visiter, pas à y prier.

Ces visites, les incidents auxquels elles donnent lieu, ainsi qu'un discours minoritaire mais de plus en plus audible de la part de juifs réclamant non seulement le droit de prier sur l'esplanade, mais aussi la souveraineté sur les lieux, exaspèrent les Palestiniens.

"Al-Aqsa est à nous"

"Al-Aqsa est à nous, le Saint-Sépulcre est à nous", a dit le président palestinien Mahmoud Abbas mercredi à Ramallah, "ils n'ont pas le droit de les souiller de leurs pieds sales, nous ne le leur permettrons pas, et nous ferons tout ce qui est possible pour protéger Jérusalem".

Galerie photoJérusalem: l'occupation bloque les accès de la Mosquée Al-Aqsa aux Palestiniens Voyez les images

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.