ALGÉRIE
17/09/2015 13h:05 CET | Actualisé 17/09/2015 14h:16 CET

Plus de 30 généraux chez Bouteflika quelques heures après la mise à la retraite du général Toufik (El Khabar)

Des officiers généraux de l’armée au palais du peuple en attente du cercueil de Chadli Bendjedid en Octobre 2012
Adlène Meddi
Des officiers généraux de l’armée au palais du peuple en attente du cercueil de Chadli Bendjedid en Octobre 2012

Quelques heures seulement après l’annonce de la mise à la retraite du général Mohamed Médiene dit Toufik de la tête du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS), le président de la république, Abdelaziz Bouteflika a convoqué une réunion regroupant plus d’une trentaine de généraux, rapporte aujourd’hui le journal El Khabar qui cite une "source sécuritaire sûre."

Le journal El Khabar parle d’une réunion du "Haut Conseil de sécurité élargi" ce qui semble erroné d'un point de vue institutionnel.

Le Haut-Conseil de sécurité prévu par la Constitution prévu par l’article 173 comprend normalement, outre les principaux responsables des organes de sécurité, le Premier ministre, le ministre de la Défense, le ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Justice, le ministre de l’Intérieur et le ministre des Finances

La dernière réunion du Haut-Conseil de sécurité remonte au 21 septembre 2014 et avait porté, selon un communiqué officiel sur "la situation sécuritaire à nos frontières méridionales et orientales et sur les efforts que déploie l'Algérie pour faciliter l'avènement de la paix et de la stabilité au Mali et en Libye."

LIRE AUSSI : Le CPP et l'après-Toufik: des lendemains qui ne chantent pas (VIDÉO-AUDIO)

Le Haut Conseil de Sécurité a joué un rôle décisif en janvier 92 en annulant le processus électoral entamé le 26 décembre 1991 et en désignant le Haut-Comité qui a assumé le pouvoir après le départ du président Chadli Bendjedid.

Une rencontre strictement militaire

On est davantage dans une configuration d'une rencontre entre le président qui est constitutionnellement le chef des armées et les hauts gradés de l'armée et des services.

El Khabar parle en effet d'une réunion exclusivement militaire qui se serait tenue dimanche sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika et en présence du vice-ministre de la défense et chef d’état-major de l’armée, le général Gaïd Salah. Les acteurs "civils" de la sécurité comme le ministre de l’intérieur et le Directeur général de la sûreté nationale (DGSN) n’ont pas été invités à la réunion.

Une trentaine de généraux de différentes armes et des organes de sécurité ont été invités à cette réunion de sécurité "urgente" ainsi que les commandants des six chefs de régions militaires, le nouveau commandant de la gendarmerie nationale, le général Menad Nouba et le nouveau chef du DRS, le général Athmane Tartag.

La réunion de ce "Haut-Conseil de sécurité élargi" selon la formule utilisée par El Khabar aurait duré plus de quatre heures. La réunion a porté, selon la source citée par le journal, "sur la réorganisation des services de sécurité et la mise à la retraite du général Toufik".

"La direction politique et sécuritaire du pays a invité ces responsables de l’armée pour expliquer les réformes engagées par le président dans les appareils de sécurité depuis deux ans" précise la source.

LIRE AUSSI :

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.