MAROC
15/09/2015 13h:58 CET | Actualisé 15/09/2015 13h:58 CET

Réassurance : Casablanca Finance City prend part à la grand-messe annuelle à Monte-Carlo

Casablanca Finance City prend part à la grand-messe annuelle à Monte-Carlo
dr
Casablanca Finance City prend part à la grand-messe annuelle à Monte-Carlo

FINANCE - C'est la grand messe mondiale annuelle de la réassurance (activité consistant à assurer des sociétés d'assurance), l’évènement incontournable qui rassemble chaque année des grands décideurs du secteur.

Et c'est Monte-Carlo qui accueille les "Rendez-vous de Septembre", où les pontes de la réassurance débattent et échangent autour de l'avenir de ce métier-clef.

Particularité de cette édition? La participation de la plateforme financière panafricaine, Casablanca Finance City (CFC), qui a réuni ce 15 septembre un parterre d’une quinzaine de dirigeants de premier plan lors d’une table ronde dédiée aux grands enjeux du développement de la réassurance dans une Afrique en essor rapide. Parmi les participants réunis par CFC, l’on a pu voir Vincent Vandendael, Directeur des Marchés mondiaux de Lloyd’s, Frank O’neill, Managing director du Moyen-Orient et de l’Afrique de Swiss Re ou encore Ahmed Rajab, CEO MENA de Aon Benfield.

Examinant le cas de l’Afrique, les intervenants de cette rencontre se sont montrés unanimes quant à l’importance stratégique que revêt la réassurance dans le développement d’une industrie financière dynamique sur le continent. A également été soulignée l’importance d’atteindre une "masse critique" en dépassant les contingences liées à la fragmentation africaine, en s’appuyant notamment sur des dynamiques de convergences portées par des structures spécifiques.

A ce titre, les intervenants présents ont rappelé le rôle majeur joué par les "hubs" financiers régionaux dédiés tel que CFC, qui est parvenue en l'espace de 3 ans à séduire de nombreuses multinationales telles que Ford, le chinois Huawei, Bnp Paribas ou encore le géant du conseil Mc Kinsey, qui y ont installé leur siège africain.

Said Ibrahimi, CEO de Casablanca Finance City a toutefois tenu à souligner lors de cette rencontre qu’il reste des écueils à surmonter et que "de nombreux défis restaient à relever pour un développement pérenne de l’industrie de la réassurance an Afrique. Parmi eux, celui d’un cadre juridique et réglementaire plus abouti qui puisse garantir un climat des affaires favorable à l’investissement dans ces marchés".