ALGÉRIE
15/09/2015 17h:52 CET | Actualisé 15/09/2015 17h:53 CET

Abdelhaï Abdessami auditionné comme partie civile lésée après avoir déposé une plainte pour "détention arbitraire"

Facebook

Le journaliste Abdelhaï Abdessami de la radio locale de Tébessa, détenu depuis août 2013, a été auditionné comme partie civile lésée par une détention arbitraire, par le juge d'instruction du pénitencier de la commune de Bir El Ater, dans l'affaire de fuite du journaliste Hichem Aboud vers la Tunisie après sa mise en examen et son interdiction de quitter le territoire algérien.

Selon le quotidien El Khabar, qui cite une source proche de la défense de Abdelhaï Abdessami, le journaliste en détention depuis août 2013 a subi au cours de l'interrogatoire un dépassement du nombre des jours prévus par le code de procédure pénale algérien en comparant la date de sa présentation devant le procureur de la république et celle de la décision de son placement en détention provisoire. Ce qui constitue aux yeux de la défense une infraction à la Constitution et à la présomption d’innocence de l'accusé.

Des faits que les avocats de Abdelhaï Abdessami n'ont pas manqué de souligner dans leur plainte adressée au procureur, qui comprenait aussi une action civile contre des personnes inconnues.

Le quotidien arabophone El Khabar a rajouté que la défense a aussi critiqué la maintien en détention de l'accusé, après que les parties bénéficiaires du non-lieu et de la la liberté provisoire aient fait un recours devant la cour suprême au sujet de l'ordonnance de renvoi des l'ensemble des accusés devant le tribunal pénal.

Durant une première saisine de la cour suprême, l'attente de Abdelasamie Abdelhaï en détention provisoire a duré plus d'une année. Le dossier a été soumis une fois de plus à la plus haute instance judiciaire en raison de l'absence de traitement égal entre les accusés, les uns se trouvant en liberté provoisire alors que trois autres sont en détention préventive.

Les avocats du journaliste précisent que toutes les demandes de mise en liberté présentées devant la chambre d'accusation près de la chambre d'accusation de la cour de Tébessa ont été rejetées à ce jour alors que la période de détention provisoire fixée par le code de procédure pénale à 20 mois, est dépassée de 4 mois.

LIRE AUSSI: Le journaliste Abdelsamiaa Abdelhaï entame une grève de la faim

A LIRE AUSSI SUR LES BLOGS: A propos de la détention préventive du journaliste Abdessamii Abdelhai

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.