MAGHREB
14/09/2015 12h:01 CET | Actualisé 14/09/2015 12h:03 CET

Venice Days: La réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid rafle deux prix

"A peine j'ouvre les yeux", un film de Leyla Bouzid
Facebook/Leyla Bouzid
"A peine j'ouvre les yeux", un film de Leyla Bouzid

Le film de Leyla Bouzid "A peine j'ouvre les yeux" a reçu le "Prix du Public" ainsi que prix "Europa Cinema" à la 12ème édition du festival Venice Days. La réalisatrice avait déjà été récompensée pour des courts-métrages tels que Soubresauts (2011) et Zakari (2013).

Le premier long-métrage de Leyla Bouzid est l'histoire de la jeune Farah (Baya Medhaffar), détentrice du baccalauréat qui veut entamer une carrière de musicienne avec son groupe d'amis malgré la désapprobation de sa mère Hayat (Ghalia Ben Ali).

Leyla Bouzid a choisi d'ancrer son histoire dans une temporalité particulière: la Tunisie quelques mois avant la chute de Ben Ali, une Tunisie oppressée par l'Etat policier mais où les prémices de la révolte populaire grondent.

Si comme elle l'explique dans une interview, la réalisatrice ne semble pas proposer un long-métrage politique, le quotidien de son personnage principal, Farah, peint la ruée de la jeunesse tunisienne vers la liberté, pas seulement politique mais également morale.

Dans cette coproduction tuniso-belge, ont pourra trouver une collaboration avec le musicien Khyam Allami pour la musique originale ou encore Ghassen Amami pour les paroles des chansons chantées par le groupe.

Pour l'instant aucune projection n'est prévue dans les salles de cinéma tunisiennes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.