MAROC
13/09/2015 12h:37 CET | Actualisé 14/09/2015 08h:24 CET

Rencontre avec Acid Arab: "Saad Lamjarred nous a marqués"

Acid Arab: "Saad Lamjarred nous a marqués"
HuffPost Maroc
Acid Arab: "Saad Lamjarred nous a marqués"

MUSIQUE – Acid Arab a signé son retour à Casablanca le 10 septembre dernier, un an après sa participation à l'édition 2014 du festival L'Boulevard. Rencontre avec le duo de DJs français qui travaillent essentiellement sur la musique du Maghreb et du Moyen-Orient.

HuffPost Maroc: Comment est née votre passion pour la culture arabe?

Hervé Carvalho: La culture arabe fait partie de la culture française, déjà! Le projet Acid Arab est né après un voyage en Tunisie, il y a 3 ans, et la rencontre avec un musicologue tunisien, Sidi Gouja, à qui nous avons dédié un de nos titres. Avec du recul, je pense que c’est une culture dans laquelle nous avons toujours baigné.

Le titre "Berberian Wedding" est dotée d'une rythmique typiquement marocaine. Qu'est-ce qui vous a inspiré pour sa conception?

Hervé: Nous étions invités à un mariage à Imessouane, au sud du Maroc. C’est un morceau inspiré de la musique jouée pendant la cérémonie. Nous avons samplé les voix et nous en avons fait un titre électronique en gardant une rythmique berbère. Nous sommes retournés au Maroc, plus tard, pour tourner le clip.

Vous travaillez beaucoup sur le registre ancien. Y a-t-il des musiciens et chanteurs marocains contemporains qui vous marquent?

Guido Minisky: Abdou El Omari, bien sûr! C’est notre idole.

Hervé: Avec son son jazz psychédélique marocain, c’était quelque chose de fondateur à notre style.

Guido: Et Saad Lamjarred! (Hervé et Guido chantent le refrain de "Lm3allem")

LIRE AUSSI: