ALGÉRIE
12/09/2015 15h:47 CET | Actualisé 12/09/2015 15h:47 CET

La Mecque: le Hajj aura lieu comme prévu malgré le drame

AFP

Les autorités saoudiennes ont annoncé samedi que le pèlerinage annuel aurait lieu comme prévu malgré la chute d'une grue qui a tué 107 personnes à la Grande mosquée de la Mecque, où les fidèles sont retournés prier au lendemain du drame.

Vendredi, à quelques jours du hajj, l'un des piliers de l'islam qui attire des centaines de milliers de fidèles du monde entier, une grue s'est effondrée en pleine tempête sur la Grande Mosquée à la Mecque, le premier lieu saint de l'islam dans l'ouest de l'Arabie saoudite.

L'immense fracas a provoqué un mouvement de panique parmi les fidèles rassemblés en ce jour hebdomadaire de repos et de prière chez les musulmans.

Il s'agit de la pire tragédie qui touche les lieux saints saoudiens depuis des années. Mais elle "n'affectera en aucun cas le hajj", a déclaré à l'AFP un responsable saoudien, ajoutant que les dégâts seraient "probablement réparés en quelques jours".

Environ 800.000 pèlerins étrangers sont déjà arrivés pour le hajj qui débute le 21 ou 22 septembre. Il s'agit de l'un des plus grands rassemblements religieux au monde auquel avaient pris part en 2014 quelque deux millions de fidèles.

Samedi, au moment où résonnait l'appel à la prière de la mi-journée, la foule était de nouveau compacte dans la Grande Mosquée. Un périmètre dans lequel gisaient encore des morceaux de la grue rouge et blanche qui s'est fracassée était toujours inaccessible, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Mauvais temps

Juste après le drame, des photos et vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont montré des corps ensanglantés dans une cour de l'immense mosquée ainsi que des fidèles pris de panique hurlant et courant après un énorme fracas.

Le gouverneur de la région de La Mecque, le prince Khaled al-Fayçal, a ordonné dès vendredi l'ouverture d'une enquête.

Le porte-parole des deux saintes mosquées (La Mecque et Médine), Ahmed ben Mohamed al-Mansouri, a expliqué la chute de la grue par "les vents violents et les fortes pluies" qui doivent se prolonger samedi, selon l'agence saoudienne SPA.

Près de 24 heures après la tragédie, les autorités n'avaient toujours pas fourni de détails sur les morts ou leurs nationalités, alors qu'un grand nombre de pèlerins étrangers se trouvaient sur place aux côtés de fidèles saoudiens.

Selon un bilan officiel, au moins 107 personnes ont été tuées et 238 blessées.

A l'étranger, les autorités de certains pays ont confirmé des victimes parmi leurs ressortissants: l'Indonésie (2 morts et 31 blessés), l'Inde (2 morts et 15 blessés), la Malaisie (10 blessés et six disparus), l'Iran (15 blessés) et l'Egypte (23 blessés) et l'Algérie (1 mort et 17 blessés).

Selon des témoins, des Saoudiens et des étrangers se sont immédiatement mobilisés après la tragédie pour faire des dons de sang. Devant l'un des hôpitaux de la région, plus de 100 personnes ont attendu leur tour dans la rue.

La mosquée est entourée de plusieurs grues utilisées pour exécuter un énorme projet en cours destiné à agrandir la superficie de la mosquée de 400.000 mètres carrés, ce qui permettrait d'accueillir jusqu'à 2,2 millions de personnes à la fois.

qsdqs

"Condoléances étrangères"

Abdel Aziz Naqour, qui travaille à la mosquée, a dit avoir vu la grue tomber alors que le mauvais temps sévissait.

"S'il n'y avait pas eu le pont Al-Tawaf, le bilan des victimes aurait été pire", a-t-il dit en référence à un énorme passage couvert qui entoure et surplombe en partie la Kaaba et qui a amorti la chute de la grue.

Irfan al-Alawi, co-créateur de la Fondation pour la recherche du patrimoine islamique basée à la Mecque, estime que les autorités ont fait preuve de négligence face au danger représenté selon lui par ces grues. "Ils ne se préoccupent pas du patrimoine et ils se moquent de la santé et de la sécurité".

Le hajj n'a pas connu d'incidents majeurs ces dernières années. L'Arabie saoudite investissent des milliards de dollars dans les autres infrastructures pour faciliter les mouvements de la foule.

En janvier 2006, 364 pèlerins sont morts piétinés lors d'un mouvement de panique, et 251 deux ans auparavant. En juillet 1990, 1.426 pèlerins ont péri, la plupart étouffés lors d'un mouvement de panique dans un tunnel.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.