ALGÉRIE
12/09/2015 07h:07 CET | Actualisé 12/09/2015 07h:09 CET

Jusqu'à cinq ans de prison pour les vendeurs de pétards, feux d'artifice et autres produits pyrotechniques

DR

Les autorités durcissent bien le ton ... Des sanctions allant jusqu'à cinq ans de prison contre les importateurs et vendeurs de produits pyrotechniques sont prévues dans l'avant-projet de la Loi de finances 2016, adopté mercredi 9 septembre par le Conseil du gouvernement, a rapporté vendredi 11 septembre le quotidien arabophone El Khabar.

Le gouvernement semble bien décidé à mettre un terme aux pétards, feux d'artifice et autres produits explosifs, utilisés dans les villes lors des mariages et surtout lors de la fête du Mawlid. Selon site d'information TSA, citant l'article 33 de l'avant-projet de loi de finances 2016, l'importation ce ces objets sera sanctionnée "d’une amende égale à deux fois la valeur des marchandises confisquées et d’une peine d’emprisonnement de six mois à cinq ans".

Le quotidien El Khabar indique de son côté que le gouvernement va encore plus loin, suggérant la classification des importateurs et vendeurs de ces produits comme comme étant des "détenteurs illégaux d'armes à feu".

A noter que la loi interdit et punit déjà cette activité commerciale. Le décret 63-291 du 2 août 1963 prohibe la "fabrication, l'importation et la vente, sur le territoire national, des pétards et de tous articles pyrotechniques du genre bombe cartouche ou bombe fantaisie".

pétards algérie douaniers

LIRE AUSSI: La colère des Algériens contre les mariages "explosifs" aurait été entendue au gouvernement

Le même quotidien avait déjà annoncé la "détermination" des autorités à radier ce phénomène, de plus en plus répandu dans les villes lors des mariages, fêtes religieuses, sans oublier les derbys et matchs de football. La tendance touchait même les lycées et les écoles. D'ailleurs, L'année dernière, deux lycées, à Blida et Constantine, ont été incendiés suite à une mauvaise manipulation de ces "bombes".

A travers la LF 2016, le gouvernement prévoirait aussi d'interdire la fabrication, la production, la fourniture et le stockage des produits pyrotechniques en Algérie. Les ministères de l'Intérieur, du Commerce et de la Justice coordonneraient leurs efforts pour ce faire.

En attendant, des agents du maintien de l'ordre auront pour mission de soulager les citadins des tapages nocturnes lassants causés par ces produits, en menant des campagnes d'inspection à travers plusieurs wilayas du pays, pour interdire la vente de ces "bombes" et les confisquer.

LIRE AUSSI: Pétards, fumigènes, feux d'artifices, les fêtes de mariage font les nuits blanches des Algériens

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.