MAGHREB
11/09/2015 07h:54 CET

L'Ordre national des avocats tunisiens appelle le président de la République à retirer le projet de loi sur la réconciliation

Tunisian magistrates and lawyers demonstrate as they ask for independence of the Judiciary system in Tunis, Tunisia, Saturday Feb. 12, 2011. The  banner reads : "Down to the corruption within magistrates". (AP Photo/Hassene Dridi)
ASSOCIATED PRESS
Tunisian magistrates and lawyers demonstrate as they ask for independence of the Judiciary system in Tunis, Tunisia, Saturday Feb. 12, 2011. The banner reads : "Down to the corruption within magistrates". (AP Photo/Hassene Dridi)

L’Ordre national des avocats tunisiens a appelé le président de la République à retirer le projet de loi sur la réconciliation économique et financière nationale.

Dans un communiqué de presse publié le jeudi 10 septembre 2015, l’Ordre national des avocats exhorte Beji Caid Essebsi, président de la République à retirer ce projet de loi, rappelant que ce dernier est le garant de l’unité nationale et du respect de la Constitution. L’Ordre des avocats appelle le président de la République à privilégier le dialogue entre toutes les parties afin de trouver une solution permettant de mener à bien le processus de la justice transitionnelle dans les plus brefs délais.

De plus, l’Ordre des avocats insiste sur la nécessité d’accélérer les réformes dans les domaines judiciaire et sécuritaire exprimant son ennui face au retard pris par les autorités concernant la mise en place des instances constitutionnelles. Il a également insisté une nouvelle fois sur le droit à la défense des personnes arrêtées, en garantissant la présence d’un avocat dès l’arrestation.

Par ailleurs, et face à la répression policière des manifestations contre le projet de loi de réconciliation, l’Ordre des avocats rappelle que "le droit à manifester pacifiquement est un droit constitutionnel".

Face à ces nombreuses inquiétudes, l’Ordre national des avocats menace de recourir à des manifestations si ces demandes ne sont pas réalisées.

Le projet de loi sur la réconciliation économique et financière nationale a suscité de nombreux remous. L’absolution prévue par cette loi des personnes ayant profité du système afin de s’enrichir et de piller l’Etat a entrainé de nombreuses manifestations dans tout le pays menant à une forte répression policière basée sur l’interdiction des manifestations pendant l’ "état d’urgence".

LIRE AUSSI:Tunisie: Human Rights Watch dénonce la repression policière contre les manifestations pacifiques

Tunisie: Des partis politiques affirment que la manifestation du 12 septembre sera tolérée, le Gouvernement dément

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.