ALGÉRIE
09/09/2015 14h:08 CET | Actualisé 10/09/2015 15h:18 CET

Environ 24.000 réfugiés syriens accueillis en Algérie, selon la ministre Mounia Meslem

DR

Environ 24.000 réfugiés syriens ont été accueillis en Algérie depuis le début de la guerre civile en 2011, selon des chiffres révélés par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, relayée ce mercredi 9 septembre par le quotidien arabophone Echorouk.

Des données que Mounia Meslem brandit pour réfuter les critiques que subit l'Algérie, quant à son attitude vis-à-vis de cette crise migratoire. La ministre de la solidarité a rappelé que l'Algérie est le seul pays nord-africain ayant accueilli autant de réfugiés syriens, "qui sont les bienvenus sur notre territoire".

"Fermer les yeux"

"Les autorités font tout ce qui est de leur possible pour faciliter l'intégration des réfugiés syriens arrivés sur le sol algérien", a par la suite rajouté la responsable de la Solidarité nationale, relayée par le même quotidien.

Outre la scolarisation des enfants de familles syriennes - qui se déroule normalement", avait noté la présidente du Croissant Rouge Algérien, Saida Benhabyles- les réfugiés pourront légalement travailler, en exerçant des activités commerciales ou artisanales, argumente-t-elle.

Mounia Meslem a par la même occasion appelé les services de sécurité et du maintien de l'ordre à "fermer les yeux" et adoucir les pratiques et procédures de contrôle des familles de réfugiés syriens, souvent amenés à mendier pour subsister.

La ministre, tout en insistant sur la délicatesse de la situation, a ainsi estimé que l'Algérie, "un exemple à suivre", n'a pas dérogé à ses principes humanitaires", vis-à-vis du peuple syrien et des autres nations.

Une position fièrement rappelée par la présidente du Croissant Rouge Algérien, Saida Benhabyles, qui a insisté dans un entretien à El Khabar sur "l'accueil chaleureux et humaniste" des réfugiés par l'Algérie.

LIRE AUSSI: La scolarisation des enfants des réfugiés syriens en Algérie se déroule normalement

Un abris pour les uns, une prison pour les autres

Seulement 100 familles de réfugiés syriens sont prises en charge dans le centre d'accueil de la wilaya d'Alger, a révélé Saïda Benhabyles à El Khabar. La question ne serait pas liée au manque de structures, mais à l'attitude des réfugiés, notamment sub-sahariens, qui refusent de rester au sein des centres d'accueil, selon cette responsable.

Dans ces cas précis, "nous ne pouvons pas les enfermer ou les obliger à rester, telle une prison. Nous les laissons alors sortir", explique-t-elle. Les réfugiés se rendent ainsi d'un abri à un autre, en quête de médicaments et de nouveaux habits, pour repartir ensuite, a-t-il indiqué.

Des cas qu'elle illustre par des exemples à Ouargla et Touggourt, où, indique-t-elle, "le nombre de réfugiés peut atteindre 2.000 avant de baisser à 200 personnes au lendemain de leur arrivée".

Un phénomène spécifique des réfugiés sub-sahariens, a affirmé Mme Benhabyles, qui relève que certaines familles syriennes imitent toutefois cette attitude.

Selon El Khabar, qui cite des "chiffres officiels", un total de 55.000 réfugiés sub-sahariens et syriens ont été accueillis en Algérie. Environ 31.000 seraient ainsi issus de la région du Sahel, répartis à travers plusieurs wilayas du pays.

LIRE AUSSI: Au RAJ, la sonnette d'alarme sur le racisme à l'égard des migrants subsahariens retentit

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.