MAGHREB
07/09/2015 08h:13 CET | Actualisé 07/09/2015 13h:44 CET

Tunisie: Les autorités interdisent une réunion de Hizb Ettahrir qui dénonce une censure

Facebook/Hizb Ettahrir

POLITIQUE - Les autorités régionales de la ville de Sfax ont interdit dimanche une réunion politique du parti islamiste controversé Hizb Ettahrir en raison de "l'absence d'une autorisation et du non respect des conditions légales pour la tenue des réunions", ont expliqué à l'agence TAP des sources sécuritaires.

Suite à cette décision, le président du parti, Abderraouf Amri, a contesté lors d'une conférence de presse, cette décision qui a été prise, selon lui, "malgré le respect des conditions légales de son organisation".

"Il s'agit de tentatives menées par des autorités en état de déliquescence et en situation difficile qui cherchent à empêcher notre parti de faire parvenir sa voix aux Tunisiens, de dévoiler la réalité et de proposer des solutions alternatives", a expliqué M. Amri.

Le président du parti a aussi estimé que le projet de loi pour la réconciliation économique est "une tentative de blanchiment et de consécration de la corruption".

Après l'attaque terroriste de Sousse, Hizb Ettahrir a été pointé du doigt par la Présidence de la république et le chef du gouvernement, Habib Essid, comme un parti hostile à la démocratie. En juin dernier, des soupçons de censure sont intervenus lorsque une conférence de presse du parti, programmée à l'Hotel Africa à Tunis, avait été annulée par l'hôtel.

La branche tunisienne de Hizb Ettahrir (parti de la libération) fondé en Jordanie, a été créée au début des années 80 et légalisée en juillet 2012. Les orientations de ce parti reposent sur la souveraineté de la Oumma - la communauté des musulmans - et sur la charia comme législation.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.