MAGHREB
07/09/2015 14h:28 CET | Actualisé 07/09/2015 14h:40 CET

Le ministère de l'Intérieur interdit la circulation aux véhicules dans l'Avenue Habib Bourguiba pendant plusieurs jours

Wikisource

L'artère principale de Tunis sera en grande partie interdite aux véhicules pendant plusieurs jours à partir de mercredi en raison de "menaces terroristes", a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur.

"Pour des raisons de sécurité, il a été décidé d'interdire la circulation à tous les types de véhicules sur l'avenue Habib Bourguiba (...) à partir du mercredi 9 septembre à 06H00 jusqu'à la fin de la journée du lundi 14 septembre", a affirmé le ministère dans un communiqué.

La partie concernée par cette interdiction accueille notamment le ministère de l'Intérieur, l'ambassade de France et la cathédrale de Tunis.

Contacté par l'AFP, le chargé de communication du ministère, Walid Louguini, a fait état de "menaces terroristes contre l'avenue Habib Bourguiba". "Aujourd'hui la menace est devenue plus forte", a-t-il ajouté sans davantage de précisions.

La très fréquentée avenue Bourguiba, au coeur du centre-ville de Tunis, est un haut lieu de la révolution de janvier 2011. Elle est depuis devenue le point de ralliement de nombreuses manifestations.

Le ministère de l'Intérieur avait déjà annoncé la semaine dernière l'interdiction de l'avenue aux véhicules pendant le week end mais sans en donner la raison.

M. Louguini a précisé lundi que cette interdiction avait été motivée par l'augmentation de la menace à l'approche de l'anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et de l'attaque, le 14 septembre 2012, de l'ambassade américaine à Tunis par des manifestants.

La Tunisie fait face depuis sa révolution à une progression de la mouvance jihadiste, responsable de la mort de deux opposants et de plusieurs dizaines de soldats et de policiers. Cinquante-neuf touristes étrangers ont également tués dans deux attentats en mars et en juin, revendiqués par le groupe extrémiste Etat islamique (EI).

Début juillet, les autorités ont réintroduit l'état d'urgence, qui donne des pouvoirs accrus aux forces de l'ordre, et multiplié les descentes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.