ALGÉRIE
05/09/2015 05h:38 CET | Actualisé 05/09/2015 06h:53 CET

300 bénévoles "extrémistes" autorisés à prêcher dans les mosquées d'Oran (syndicat des imams)

nejma chtaïbo oran

Le quartier Nejma (Chtaïbo) vu par le photographe Majid Majid

300 imams bénévoles "extrémistes" appartenant à un "courant précis, contraire au référent national" (formule qui désigne en général les salafistes) ont été autorisés à prêcher dans les mosquées durant la période de vacance du poste de directeur des affaires religieuses à Oran, a affirmé Mustapha Kaddoum, chargé de l'organisation et de l'information à la section oranaise de la coordination des imams et fonctionnaires des affaires religieuses.

Mustapha Kaddoum dont les propos sont rapportés par El khabar y voit une volonté cachée "de politiser les mosquées de la wilaya d'Oran et des plans réalisés dans l'obscurité contre le discours équilibré dans les mosquées".

Selon lui, des autorisations d'exercer dans les mosquées ont été accordées de manière "arbitraire et à un nombre astronomique sans tenir compte des règles prévues comme l'enquête sur le parcours du bénévole, une validation signée par l'imam du quartier et l'accord du conseil scientifique qui le soumet à un examen sur le rite malékite... Une procédure qui précède une autorisation d'exercer pendant six mois susceptible de renouvellement".

LIRE AUSSI:

- Ghardaïa : Mohamed Aïssa met en cause des salafistes extrémistes liés à l'école yéménite de Dammaj

-Mohamed Aissa, ministre des affaires religieuses : un bon marketing mais la réforme tarde à venir

-Un imam décrète que visiter Ain Fouara et boire de son eau sont "layajouz"

Cette procédure, affirme-t-il, "a été totalement ignorée" affirme-t-il en relevant que les bénévoles ne sont pas astreints à assister aux conférence et aux séances de formation continue et n'est pas soumis à des inspections durant cette période.

Niqab pour des filles de 4 à 5 ans!

Selon lui, un total de 783 autorisations ont été accordées aux imams bénévoles dans la wilaya d'Oran. Mustapha Kaddoum a mis en garde également contre l'autorisation accordée à des "écoles coraniques ayant une orientation contraire à la référence nationale" et qui constitue une menace pour la "cohésion". Il a cité à cet effet des écoles coraniques à la cité Nejma ( Chtaïbo) "où le niqab est imposé à des filles de 4 à 5 ans". Il en est de même pour les petits garçons soumis à des accoutrements typés.

Une situation qu'il impute à la vacance du poste de directeur des affaires religieuses après la désignation du précédent responsable à la tête de l'Office du Hadj et de la Omra.

Pour rappel, Youssef Azouza, qui était directeur des affaires religieuses de la wilaya d'Oran a été désigné, début février, DG de l'Office national du hadj et de la omra en remplacement de Cheikh Berbara. Oran dispose de 776 mosquées et de 113 mossalas qui sont des petits espaces pour prier mais qui n'ont pas le statut de mosquées.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.