MAROC
04/09/2015 07h:03 CET | Actualisé 04/09/2015 08h:35 CET

Le Maroc va se doter d'une agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques

Le Maroc va se doter d'une agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques
DR
Le Maroc va se doter d'une agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques

ÉNERGIE - C’est désormais officiel, le Maroc aura son agence de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques. Le gouvernement a en effet approuvé jeudi 3 septembre un projet de décret portant sur création de la future agence, la première que comptera le royaume.

Dans le détail, le texte détermine l'autorité gouvernementale qui exerce la tutelle sur la future agence et la composition de son Conseil d'administration, en l'occurrence "des représentants des autorités gouvernementales concernées, ainsi que quatre personnalités choisies pour leurs compétences scientifiques, techniques et juridiques dans le domaine de la sûreté et de la sécurité nucléaire et radiologique", explique-t-on du côté du ministère de l’Énergie et des mines, à l’origine du projet.

Ces personnalités seront nommées par le chef de gouvernement pour une durée de quatre années sur proposition des autorités gouvernementales en charge au niveau du ministère de l'Intérieur, celui de la santé et celui de l'énergie et des mines.

La date choisie pour la création de cette agence n'est pas anodine: l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui travaille sous l’égide de l’ONU, mènera en effet, au mois d'octobre, une mission de prospection dans le royaume, afin d’évaluer les infrastructures nécessaires à la construction du programme d’énergie nucléaire au Maroc.

Aujourd’hui, le Maroc possède un seul réacteur nucléaire de 2MW, situé dans le centre de la Maâmora, entre Salé et Kénitra. Ouvert en 2003, le centre est pour l’instant dédié à la recherche. Une équipe chargée du développement de la médecine nucléaire est notamment sur place.

Le Maroc, qui s'active pour réduire sa dépendance énergétique, est prêt à investir massivement dans l'énergie. D'ici 2020, 200 milliards de dirhams devraient ainsi être investis dans le secteur, en grande partie dans l'électricité et les énergies renouvelables.

Les centrales nucléaires, qui produisent d'importantes quantités d’électricité sans émettre de CO2, apparaissent comme une alternative pour remplacer les hydrocarbures. Outre l'électricité, le nucléaire pourrait servir à dessaler l'eau de mer, à l'heure où le Maroc connaît un risque de "stress hydrique" et pourrait manquer d'eau d'ici 2040.

LIRE AUSSI: