ALGÉRIE
04/09/2015 04h:26 CET | Actualisé 04/09/2015 05h:04 CET

L'ambassadrice américaine Joan A.Polaschik chez Abderrezak Makri, chef du MSP

polaschik makri

L’ambassadrice des Etats Unis à Alger, Mme Joan A.Polaschik s'est rendu mercredi soir, 2 septembre 2015 au siège du parti islamisme algérien, le Mouvement de société de Paix (MSP) où elle a rencontré le président du mouvement, M.Abderrezak Makri.

Un communiqué très concis - et très langue de bois pourraient dire certains - accompagné de quatre photos publié sur le site du mouvement indique que "l'objectif de la rencontre était de connaitre le mouvement d'un point de vue historique, intellectuel et politique" ainsi que ce qui se rapporte "aux positions du mouvement et ses avis sur les questions politiques et économiques."

Dans une déclaration au journal Echorouk, Abderrezak Makri précise que la rencontre qui a duré une quarantaine de minutes est venue à la demande de l'ambassadrice américaine.

joan a polaschik

L'ambassadrice américaine Joan A.Polaschik

La rencontre entre l'ambassadrice des Etats-Unis et Makri est intervenue un jour après une réunion de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD) qui a fait un sombre constat d'une "détérioration accélérée de la situation politique, économique et sociale du pays".

La CLTD dont le MSP est l'une des locomotives a mis en garde contre la "dangereuse impasse" dans laquelle se trouve le pays et a appelé à une "solution en urgence à laquelle prendront part les forces politiques et sociales."

Dans le communiqué publié à l'issue de la réunion, les membres de la CLTD dénoncent une politique de fuite en avant du pouvoir, qui reconnaît son échec, menace les fondements de l’Etat et ouvre la porte à l’intervention étrangère" et appellent à une "transition démocratique négociée entre le pouvoir et l’opposition."

Le travel warning US: menace "élevée" de terrorisme et d'enlèvement

Les Etats-Unis ont renouvelé le 26 août dernier leur "Travel warning" aux américains qui travaillent ou voyagent en Algérie sur les risques potentiels et dangers d'un voyage dans certaines régions, notamment en Kabylie, à l'est et l'extrême sud du pays.

Comme dans le précédent Travel Warning, le département d'Etat appelle les citoyens américains "évaluer soigneusement les risques pour leur sécurité personnelle" et souligne qu'il existe "une menace élevée de terrorisme et d'enlèvements en Algérie".

"Bien que les grandes villes sont fortement sécurisées, les attaques (terroristes) sont encore possibles. La majorité des attentats terroristes, y compris les attentats à la bombe, les faux barrages, les enlèvements, les embuscades se produisent dans les régions montagneuses à l'est d'Alger (en Kabylie et les wilayas de l'Est) et dans les régions désertiques du sud et du sud-est du vaste Sahara" indique le travel warning.

LIRE AUSSI :

Le directeur du renseignement US était à Alger

Une consigne aux voyageurs rendue publique la veille d'une visite, le 27 aout 2015, du directeur du renseignement national des Etats-Unis (Director of national intelligence-DNI), James R. Clapper qui a été reçu par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

Peu d'informations ont été données sur le but d'une visite qui porte, selon la langue de bois diplomatiques, sur "les relations bilatérales algéro-américaines et sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun."

Mais, il est probable que les questions de sécurité, la lutte antiterroriste et la sécurité des expatriés américains étaient au menu. De même que le contenu des rapports américains sur les droits de l'homme et la situation sécuritaire qui n'ont pas été appréciés à Alger.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.