MAROC
03/09/2015 12h:19 CET | Actualisé 03/09/2015 12h:32 CET

Elections 2015 : Entretien avec Nabil Benabdellah, ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville et secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS)

DR

INTERVIEW - Ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah est également secrétaire général du PPS. Après avoir parcouru le Maroc pour faire campagne, le ministre nous livre les ambitions de son parti pour les élections locales.

Le PPS présente 9.675 candidats aux communales et 638 aux régionales. C'est autant qu'un parti comme l’USFP. Mais quelles sont vos réelles ambitions pour ces élections locales?

Les chiffres du ministère de l’intérieur sont erronés puisqu’il ne prenait pas compte de certaines listes. Nous présentons 10.038 candidats aux communales et non 9.675. Toutefois, nous sommes extrêmement ambitieux. Nous voulions changer de braquet cette année puisque le parti peut maintenant capitaliser sur son histoire. Nos choix politiques aussi vont jouer puisqu’ils ont renforcé notre popularité auprès de l’opinion publique.

Pour les élections communales et régionales du 4 septembre, nous avons doublé le nombre de candidats par rapport à celles de 2009. Nous espérons donc obtenir 3.000 élus et nous pensons que nos ambitions sont très réalistes.

Vous êtes en campagne depuis plusieurs jours. Comment réagissent les gens que vous croisez?

Après avoir parcouru 5000 km, je peux affirmer que nous avons été très bien accueilli, nous n’avons pas subi de rejet. Le PPS est un parti respecté avec des candidats sérieux et compétents. En effet, ils proviennent des communes où ils se présentent et connaissent les problèmes de leurs semblables puisqu’ils vivent auprès d’eux. Chaque jour j’ai parcouru plusieurs étapes pour voir dans quelles conditions vivent les gens et être à leur écoute. C’est dans cette optique que je peux dire que je suis extrêmement optimiste.

Le PPS n’a remporté qu’une présidence aux dernières élections des chambres professionnelles. Cela affecte-t-il le moral des troupes?

Le PPS aurait dû remporter deux autres présidences à Errachidia mais les pratiques malsaines et les achats de voix ont détourné les résultats au dernier moment. Nous avons également remporté un certain nombre de vice-présidences sur l’ensemble du royaume. Toutefois, les élections des chambres professionnelles n’étaient pas un objectif en soi. Traditionnellement, ça ne l’a jamais été mais cette année, nous avons fait des efforts et doublé nos élus. Si nous avions mis plus de temps et d’efforts, nous aurions augmenté nos élus.

Le PPS et le PJD font-ils front contre le PAM?

Je n’enlève pas au PAM son droit d’exister, d’ailleurs ce n’est pas mon rôle. Mais ce parti doit exister à travers des moyens propres et légaux. S’il n’avait pas besoin de l’appui des autorités, comme à ses débuts, et qu’il n’avait pas droit à des avantages par rapport aux autres, je ne m’exprimerais pas. J’ai parcouru le Maroc et j’ai pu voir les moyens que le PAM utilise et je peux vous dire que pour cela, ils ont besoin de milliards (sic). Alors, qu’ils nous expliquent d’où vient cet argent. Ce projet politique m’inquiète. D’autant plus qu’ils se mettent en compétition avec d’autres partis qui sont loin d’avoir les mêmes moyens. Si leur objectif est d’arriver premier par tous les moyens et interférer dans la gestion des autres partis, c’est normal de s’inquiéter. De plus, le PPS a combattu le PAM bien avant le PJD, c’est ce dernier qui s’aligne sur le PPS. J’ai beaucoup d’amis au PAM, dont Bakkoury mais il a décidé de nous provoquer et j’étais obligé de lui répondre de manière sèche et virulente pour lui faire comprendre qu’il ne doit pas marcher sur nos plates-bandes. Nous voulions éviter la personnalisation et le débat sans fond mais on m’a poussé à répondre. Je l’ai fait une fois et je ne le referais plus.

Y aura-t-il des alliances durant ces élections?

Du côté des alliances, le PPS va valoriser la majorité même si nous savons que dans certaines communes, on ne peut pas faire de suppositions et partir avec des idées préconçues. Mais pour les grandes villes, il est hors de question de choisir une alliance hors majorité.

Que pensez-vous des ministres qui se présentent aux élections et plus généralement du cumul des mandats?

Lorsqu’ils seront en situation de cumul des mandats il faudra faire des choix. Il est difficile de faire plusieurs choses en même temps, c’est pour ça que je ne me suis pas présenté. Si mes collègues ministres sont simplement élus, ce n’est pas très difficile à gérer mais les présidences prennent trop de temps pour pouvoir cumuler.

Le PJD mène une campagne digitale active, mais c’est l’un des seuls partis qui met autant d’efforts dans le domaine. Pensez-vous qu’Internet peut avoir un quelconque impact sur les résultats?

Je préfère vous parler du PPS et de sa campagne. D’ailleurs, une étude nous a placés premier sur les réseaux sociaux.

Une seule étude seulement, toutes les autres ont placé le PJD en première position…

Oui mais cette étude nous a placés premier, c’est bien ce que je dis. Par rapport à internet, il y aura bien un impact mais il sera limité. L’essentiel de la campagne se fait dans les communes rurales et les milieux populaires. Au sein des élites et des personnes actives sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup d’abstention. Et c’est pour cela que l’impact sera limité.

En toute sincérité, pensez-vous qu'il existe des partis 100% propres, qui n'ont jamais recours à l'achat des voix?

Oui, le Parti du progrès et du socialisme.

LIRE AUSSI :