MAGHREB
03/09/2015 11h:17 CET

DigitalMania, les jeux vidéo Made in Tunisia

DigitalMania

Des jeux vidéo 100% tunisiens, vous en connaissez? Non? Et pourtant, ils existent bel et bien!

DigitalMania, c'est d'abord le rêve d'un jeune tunisien, Walid Sultan Midani. Dès 2004, il est baigné dans les jeux vidéos avec la société Tunisia Game, puis participe à l'organisation de la Coupe de Tunisie des Jeux vidéo, qui a rassemblé jusqu'à 15.000 personnes en 2008.

Malgré son énorme succès, la Coupe de Tunisie des Jeux vidéo n'a pas eu lieu en 2009, et c'est là que l'idée d'une société de jeux vidéos germe dans la tête de Walid Sultan Midani.

Avant la révolution, le lancement d'un studio de jeux vidéo aurait été impossible à cause de la corruption et de la réglementation de l'ancien régime. "Ben Ali nous avait même contactés pour lui organiser un tournoi de jeux vidéo, mais on n'a pas donné suite!", balance Midani.

Pionniers dans le marché

En 2009, le marché du jeu vidéo est quasi inexistant en Tunisie. "Jusqu'à maintenant, il y a des petits essais de formation dédiés à la création de jeux vidéo. Mais de la création pure de A à Z, il n'y en a pas", admet Midani.

C'est donc en autodidacte que l'équipe de DigitalMania s'est formée. Sans argent ni local pour travailler, ils ont emprunté une salle dans le bureau du père de Walid. Et après un moment, ils ont réussi à obtenir 5 dinars par jour et par personne pour acheter de la nourriture et des cafés. "Ca a été difficile de trouver des jeunes champions et de les convaincre de rester six mois pour apprendre!" ironise Walid.

Deux ans, une levée de fond, le recrutement d'une équipe et sa formation plus tard, DigitalMania était lancé!

Tunisian Touch

Avec 47 jeux à son actif - en production et co-production, la société pèse aujourd'hui 1,5 million de dollars.

"Qu'on le veuille ou non, nos jeux ont la touche orientale", admet Midani. "On voulait introduire la culture tunisienne aux jeux vidéo, mais on s'est vite rendu compte qu'on était pas encore assez influenceurs pour ça", poursuit-il.

D'ailleurs, le jeu produit entièrement par Digital Mania ayant le plus cartonné - avec plus de 100.000 personnes dès les deux premières semaines - ne s'appelle autrement que... Boga Bubble!

Dans un autre jeu, Malla J3ala, les joueurs doivent trouver le monstre de l'espace de la corruption et l'arrêter, une belle référence aux problèmes actuels auxquels fait face la Tunisie.

Et en parlant de touche tunisienne, DigitalMania emploie actuellement 14 personnes, mais Midani espère pouvoir l'agrandir jusqu'à 24 Tunisiens à la fin du mois de septembre.

Alors, on attend quoi pour s'y mettre?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.