MAROC
01/09/2015 09h:50 CET | Actualisé 01/09/2015 11h:14 CET

Le rapport accablant du CESE sur les personnes âgées

Le CESE dénonce la situation précaire dans laquelle vivent les personnes du troisième âge au Maroc
DR
Le CESE dénonce la situation précaire dans laquelle vivent les personnes du troisième âge au Maroc

ÉTUDE - Absence de couverture médicale, dépendance physique et matérielle, inadéquation des infrastructures des centres d’accueil…Un rapport sur la situation des personnes âgées adopté par le Conseil économique et social (CESE) lors de sa dernière session ordinaire dénonce la situation précaire dans laquelle vivent les personnes du troisième âge au Maroc.

D’après l’institution présidée par Nizar Baraka, seulement 20% des personnes âgées disposent d’une couverture sociale et médicale. "Peu ont accès aux soins, et leur dépendance physique et financière augmente, dans un contexte où la prise en charge de ces personnes dans le cadre familial est menacée, notamment par la nucléarisation croissante des ménages", écrit le CESE.

Aménagement public inadapté

Dans la ligne de mire du Conseil, l’aménagement inadapté de l’espace public urbain qui ne favorise ni la mobilité, ni une vie sociale épanouie pour les personnes âgées. Sont ainsi pointés du doigt le système de transport et de transit inapproprié, l'état déplorable des trottoirs, l'absence de toilettes publiques, de bancs dans les parcs et grandes artères etc.

Mais les défaillances ne se limitent pas à l’espace public urbain. Même dans les centres d’accueil, la situation n’est guère meilleure en raison d’une "inadéquation des infrastructures (...) aux spécificités des personnes âgées et d’un manque de qualification et de motivation de leur personnel", fustige l’institution indépendante consultative marocaine créée en 2011.

Étendre la couverture médicale aux personnes âgées

Les conclusions sont alarmantes et confirment celles de nombreux autres travaux menés sur la situation des personnes du troisième âge.

Dernier en date, un classement établi par l'ONG HelpAge International dans lequel le Maroc figure parmi les pays où il fait le moins bon vivre pour les personnes âgées.

Question: comment remédier à la situation difficile des personnes du troisième âge? Le Conseil recommande d’élaborer une politique publique intégrée pour leur protection, avec à la clé une généralisation des pensions dans le cadre de la réforme globale des régimes de retraite et une extension de la sécurité sociale et de la couverture médicale aux personnes âgées, notamment celles aux revenus modestes.

Doit-on suivre les traces d’autres pays en généralisant les maisons de retraite? Non, tranche le CESE, qui considère que "le maintien au sein de la famille des personnes âgées doit être privilégié chaque fois que cela est possible, et que la prise en charge totale en institution ne doit être que le dernier recours". Pour les personnes âgées sans liens familiaux ou en situation d’abandon, le CESE recommande de soutenir le placement familial en milieu rural.

Journée internationale des personnes âgées

Le Conseil recommande également la mise en place de structures d’accueil adaptées, la formation d’aidants familiaux spécialisés, le développement de la gérontologie et la gériatrie et la mise en place de prestations d’accueil de jour au profit des personnes âgées.

En matière d’accessibilité, le CESE estime que les lois relatives aux constructions devraient être revues de manière à garantir l’accès, la sécurité et la circulation des personnes âgées.

Pour finir, le Conseil propose de faire annuellement du 1er octobre, journée internationale des personnes âgées, soit l'occasion de réfléchir sur la question des personnes âgées au Maroc.

LIRE AUSSI: