MAGHREB
01/09/2015 08h:09 CET

Iran: les Etats-Unis restent l'"ennemi numéro un"

Newly elected chairman of the Iran's Assembly of Experts Ayatollah Mohammad Yazdi sits in a biannual meeting of the assembly in Tehran, Iran, Tuesday, March 10, 2015. Iran's most influential clerical body charged with choosing or dismissing the nation's supreme leader has elected a hard-line ayatollah as its new chairman, the official IRNA news agency reported on Tuesday. IRNA said Mohammad Yazdi, the deputy chairman of the 86-member Assembly of Experts, got 47 votes in his favor from among 73 c
ASSOCIATED PRESS
Newly elected chairman of the Iran's Assembly of Experts Ayatollah Mohammad Yazdi sits in a biannual meeting of the assembly in Tehran, Iran, Tuesday, March 10, 2015. Iran's most influential clerical body charged with choosing or dismissing the nation's supreme leader has elected a hard-line ayatollah as its new chairman, the official IRNA news agency reported on Tuesday. IRNA said Mohammad Yazdi, the deputy chairman of the 86-member Assembly of Experts, got 47 votes in his favor from among 73 c

Les Etats-Unis restent l'"ennemi numéro un" de l'Iran malgré l'accord nucléaire, a déclaré mardi l'ayatollah Mohammad Yazdi, président ultra-conservateur de l'Assemblée des experts, une des plus puissantes institutions d'Iran, ont rapporté les médias iraniens.

L'accord nucléaire conclu avec les grandes puissances ne doit pas "changer notre politique étrangère, la République islamique d'Iran considère toujours les Etats-Unis comme l'ennemi numéro un", a déclaré l'ayatollah Yazdi dans son discours d'ouverture de la réunion annuelle de l'Assemblée des experts qui s'achève mercredi.

L'Assemblée des experts, composée de 86 religieux élus, est chargée de nommer le guide suprême d'Iran, surveiller son action et éventuellement le démettre.

M. Yazdi a ajouté que l'Iran ne permettrait pas que les Etats-Unis "contrôlent de nouveau" l'économie du pays.

"Les Etats-Unis, et derrière eux Israël, sont à l’origine de tous les complots" et "ils mettent le Proche-Orient en feu pour protéger Israël", a affirmé M. Yazdi, citant la situation en Syrie, en Irak ou encore au Yémen.

Le président modéré Hassan Rohani, lui-même un religieux membre de l'Assemblée des experts, a entrepris depuis son élection en 2013 une politique de réconciliation avec les pays occidentaux.

L'accord nucléaire conclu le 14 juillet avec les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), a permis de relancer les relations politiques avec les pays européens avec la visite de plusieurs délégations de haut niveau à Téhéran.

En revanche, malgré les négociations nucléaires et le rôle personnel joué par le Secrétaire d'Etat américain John Kerry, il n'est pas question pour le moment d'une normalisation entre l'Iran et les Etats-Unis, qui ont rompu leurs relations en 1980 après la prise en otage des diplomates américains par des étudiants islamistes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.