MAGHREB
28/08/2015 11h:25 CET | Actualisé 28/08/2015 12h:45 CET

L'Union Générale Tunisienne du Travail se prononce contre le projet de loi sur la réconciliation économique et financière

Amine Ghrabi/Flickr

Alors que le projet de loi sur la réconciliation économique et financière va être prochainement discuté à l’Assemblée des Représentants du Peuple, il continue de faire couler beaucoup d’encre.

Après les partis politiques et la société civile, c’est au tour de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) de prendre position.

À la suite de la réunion du conseil administratif national de la centrale syndicale, le mercredi 26 août 2015, un communiqué de presse a été publié aujourd’hui.

Rappelant qu’elle est pour une réconciliation nationale basée sur le respect de la Constitution et de la loi relative à la justice transitionnelle, consensuelle et garantissant l’équité et l’égalité permettant de démanteler les réseaux de corruption, l’UGTT informe à travers ce communiqué avoir rejeté la loi de réconciliation économique et financière nationale, appelant à son retrait immédiat dans sa forme actuelle.

La position de l’UGTT vient appuyer les nombreuses voix politiques et civiles qui s’élèvent contre ce projet de loi.

A l’instar de la coalition d'élus du Front Populaire, du mouvement démocrate ou encore du mouvement du peuple au niveau politique, une coalition civile contre le projet de loi de réconciliation a vu le jour au niveau de la société civile.

A l’initiative de la Coordination nationale indépendante de la justice transitionnelle et du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, un regroupement d’associations s’est formé afin d'empêcher par tous les moyens légaux et pacifiques l'adoption de ladite loi.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.