MAGHREB
24/08/2015 05h:54 CET | Actualisé 24/08/2015 05h:54 CET

Tunisie: La Phalange Okba Ibn Nafaa revendique l'attaque contre des douaniers

A military truck parks outside the hospital of Kasserine, near the Algerian border, Thursday, July 17, 2014. Militants in western Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast, killing at least 14 soldiers, authorities said Thursday. (AP Photo/ Mouldi Kraeim)
ASSOCIATED PRESS
A military truck parks outside the hospital of Kasserine, near the Algerian border, Thursday, July 17, 2014. Militants in western Tunisia staged two simultaneous attacks on army posts while soldiers held a Ramadan feast, killing at least 14 soldiers, authorities said Thursday. (AP Photo/ Mouldi Kraeim)

La Phalange Okba Ibn Nafaa, groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, a revendiqué l'attaque de Bouchekba qui a coûté la vie à un agent de la Garde douanière et fait trois blessés.

"Une patrouille de la Garde douanière dans la région frontalière (de l'Algérie) a été attaquée près du poste frontalier de Bouchebka", faisant un mort et trois blessés dont deux graves, a déclaré lundi le ministre des Finances Slim Chaker à la radio Mosaïque FM. La douane dépend du ministère des Finances.

Le principal groupe extrémiste armé tunisien lié à Al-Qaïda, la Phalange Okba Ibn Nafaa, a publié un message sur des sites jihadistes, affirmant avoir "tendu une embuscade" aux douaniers.

Ce groupe est l'auteur de plusieurs attaques meurtrières contre les forces armées tunisiennes. Selon Tunis, il est aussi responsable de l'attentat contre le musée du Bardo le 18 mars (21 touristes et un policier tués). Bien qu'il ait été revendiqué par le groupe Etat islamique (EI), Tunis a jugé possible une scission au sein de la Phalange Okba Ibn Nafaa, dont une partie aurait rejoint l'EI.

Les autorités tunisiennes ont annoncé le mois dernier avoir tué trois dirigeants de la Phalange. Le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli avait assuré que cette opération avait "cassé le dos de la Phalange Okba Ibn Nafaa, (....) jusqu'à 90%".

Le chef du groupe, Lokmane Abou Sakr, avait lui été tué fin mars lors d'une opération des forces spéciales dans la région de Gafsa (centre).

Plusieurs attaques ont eu lieu dans la région de Kasserine, notamment sur le mont Chaambi, le principal maquis jihadiste de Tunisie où l'armée tente de déloger depuis fin 2012 des groupes armés.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.