ALGÉRIE
24/08/2015 08h:20 CET | Actualisé 24/08/2015 08h:21 CET

8e festival diwan: Hamid El Kasri et Karim Ziad retrouvent le public algérois

Facebook

Le nouveau projet de fusion musical du mâallem marocain Hamid El Kasri et du batteur algérien de jazz Karim Ziad a fait vibrer le public sur les rythmes de la musique gnawa et les envolées du jazz à la faveur d’un concert animé dimanche soir à Alger.

Se produisant sur la scène du 8ème Festival international de musique diwan qui se tient à Alger depuis samedi, Hamid El Kasri, l’un des mâallem marocains les plus en vue et les plus médiatisés, toujours accompagné de Karim Ziad, a réussi à attirer un public nombreux qui a confié avoir "fait le déplacement pour cet artiste".

Accompagnés des membres de la troupe gnawa de Hamid El Kasri et du bassiste mauricien Linley Marthe, le mâallem et le jazzman se sont livrés à une sorte de concours musical implicite entre jazzmen et gnawa dans une harmonie parfaite où l’un ou l’autre des deux styles étaient mis en avant selon le morceau.

Alors que Hamid El Kasri et sa troupe assuraient beaucoup plus le chant et les ch£urs sur des morceaux du répertoire gnawa comme "Hamdouchya" ou "Mimoune", alors que les jazzmen menés à la baguette par Karim Ziad habillaient le tout de jeu de basse puissant, qui dominait même le son du goumbri inaudible, des arrangement à la clarinette et des solos de batterie, et de basse, parfois empruntés au free jazz.

Plus tôt dans la soirée, la troupe "Ouled SidiBlel" de Tindouf, deuxième prix au festival national de diwan tenu à Bechar en juin dernier, avait plongé le public dans un spectacle à part entière incluant la virtuosité au goumbri, la puissance du son, une voix limpide et une chorégraphie homogène menée par le jeune autodidacte Maâllem Smail.

Avec des bradjs authentiques tirés du diwan traditionnel, cette formation primée pour la seconde fois depuis sa création en 2010 a montré sur scène une grande évolution en comparaison avec ses derniers passages à Alger et à Bechar, même si les musiciens n’ont pas été conviés à partager la scène avec Hamid El Kasri comme il est de coutume dans ce festival.

Inauguré samedi, le 8ème Festival international de musique diwan, qui semble renouer progressivement avec son public, se poursuivra jusqu'au 27 août au théâtre de verdure Saïd-Mekbel du Bois des arcades avec encore à l'affiche deux autres lauréats du festival national, "Lemma Becharia", "Ifrikya Spirit", "Bassekou Kouyaté & N’goni Ba" (Mali), Richard Bona (Cameroun) "Malted Milk & Green" (France-USA).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.