ALGÉRIE
23/08/2015 05h:37 CET | Actualisé 23/08/2015 07h:34 CET

Ayoub El Khazzani exprime son "extrême surprise" face à l'ampleur prise par les événements

Ayoub El Khazzani exprime son "extrême surprise" face à l'ampleur prise par les événements
Capture Facebook
Ayoub El Khazzani exprime son "extrême surprise" face à l'ampleur prise par les événements

"Il ne comprend pas pourquoi cette histoire a pris une telle ampleur". Citée par Le Parisien, l'avocate d'Ayoub El Khazzan explique que son client nie toutes velleités terroristes pour expliquer son geste.

"Lui dit avoir voulu rançonner les passagers de ce Thalys et rien d’autre. Il nie toute dimension terroriste à son geste. Cela le ferait presque rigoler...", explique-t-elle indiquant que l'intéressé nie farouchement s'être rendu en Syrie.

Pour les armes, Ayoub El Khazzani avance une explication pour le moins étonnante. "Il a dit avoir trouvé ce fusil Kalachnikov, son pistolet Luger et un téléphone portable dans une valise, abandonnée dans un parc, près de la gare de Bruxelles en Belgique où il avait pris l’habitude de dormir. Il est sans domicile fixe depuis qu’il s’est fait voler ses papiers à Bruxelles", a détaillé son avocate. Devant les policiers, il a également fait part de son "extrême surprise" face à l'ampleur prise par les événements.

Une version qui intrigue au regard de son parcours

Une vision des choses qui diffère complètement de la version qui est livrée par les enquêteurs. Ces dernières années, il avait attiré l'attention de plusieurs services de renseignement. L'Espagne d'abord, qui l'avait repéré pour "des discours durs légitimant le jihad dans des mosquées d'Algesiras", ville du sud de l'Espagne, dans la région de Gibraltar, en face du Maroc. Il était également connu pour "trafic de drogues".

Début 2014, Madrid avait prévenu le renseignement français d'une éventuelle arrivée de El-Khazzani sur le territoire, mais l'homme n'est pas localisé. Ce dernier fera donc l'objet d'une "fiche S" auprès de la DGSI. Les Français "n'entendent plus parler de rien jusqu'au 10 mai", selon une source proche du dossier.

Ce jour-là, ils apprennent par leurs homologues allemands qu'il est sur le point de quitter Berlin pour s'envoler vers Istanbul, selon une source du renseignement français à l'AFP.

Le carnage évité vendredi porte la signature d'un acte terroriste opéré par un solitaire "déterminé", estiment des experts du terrorisme. Armement lourd, des liens avec la mouvance islamiste radicale, un possible passage en Syrie: "plusieurs indices" tendent à montrer que celui qui a ouvert le feu dans le train Amsterdam-Paris avant d'être interpellé en gare d'Arras, projetait "une attaque terroriste", estime Jean-Charles Brisard, expert des questions liées au terrorisme. Des motivations que l'intéressé nie farouchement donc.

Une ligne de défense similaire à celle d'autres terroristes

Cette faculté à tout nier en bloc n'est pas sans rappeler les cas des précédents jihadistes. Comme le note le journaliste spécialiste du jihadisme sur Twitter David Thompson, "depuis un an les jihadistes adoptent la même ligne en garde à vue: nier le mobile terroriste espérant une peine moins lourde".

En effet, à l'instar de Sid Amhed Glam qui, malgré les preuves accablantes, affirme avoir empêché un attentat à Villejuif, Ayoub El Khazzani adopte la même stratégie. Stratégie déjà utilisée par Mehdi Nemmouche dont la garde à vue avait dû d'ailleurs être exceptionnellement être prolongée.

Avant de livrer sa version fantasque, l'auteur de l'attaque du Thalys avait dans un premier temps refusé de s'exprimer. Preuve s'il en est que "l'après attentat" est envisagé et réfléchi chez ceux qui sont présentés comme étant des "loups solitaires".