ALGÉRIE
21/08/2015 07h:01 CET | Actualisé 21/08/2015 08h:57 CET

Rachid Mesli, avocat et militant des droits de l'homme, arrêté par les autorités italiennes en Suisse

Fondation Alkarama

Rachid Mesli, avocat et activiste algérien des droits de l'homme a été arrêté mercredi 19 août par les autorités italiennes au Grand-Saint-Bernard (Suisse), ont rapporté ce vendredi 21 août des médias locaux, citant l'agence italienne ANSA.

Le réfugié politique en Suisse, accusé par Alger de terrorisme, a fait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par l'Algérie. Il se dirigeait de la Suisse en direction de l'Italie en voiture avec sa femme et son fils lors de son arrestation. Rachid Mesli, directeur juridique de la Fondation Alkarama, ONG sise à Genève, est en garde à vue, selon la même source. L'agence italienne a précisé que la Cour d'appel de Turin se prononcerait sur son extradition.

Interrogé par l'Agence télégraphique suisse, le directeur exécutif de la fondation dit espérer une "possible rapide libération", relaient les médias locaux. "C'est du harcèlement pour raison politique de la part de l'Algérie (...) C'est évident (...) Le but est d'empêcher un militant des droits de l'homme de travailler", a affirmé Mourad Dhina.

Selon lui, "l'Algérie n'obtiendra jamais l'extradition de M. Mesli de l'Italie". "Les accusations d'Alger sont farfelues", souligne M. Dhina, lui-même déjà arrêté une fois et libéré assez vite. "Nous allons mettre un plan d'action en marche, solliciter d'autres ONG, écrire au gouvernement italien et engager un avocat", a-t-il affirmé.

Rachid Mesli a été l'un des avocats des chefs historiques du Front Islamique du Salut (FIS). Il a été condamné à trois ans de prison en 1996 en Algérie. Il a été libéré en 1999, avant d'obtenir le statut de réfugier en Suisse en 2000.

Il a fondé en 2005 la Fondation Alkarama. Une ONG qui, selon les mêmes médias suisses, subit des "attaques régulières de la part de certaines gouvernements arabes". Les Emirats arabes unis ont par exemple placé Alkarama sur leur liste de groupes terroristes.

La Fondation Alkarama, qui intervient auprès du Haut Commissariat aux droits de l'homme et des procédures spéciales de l'ONU pour défendre des citoyens arabes victimes d'arrestations arbitraires, de disparitions et de tortures, fête ainsi ses 10 ans.

Son budget était l'an dernier de 1,1 million de francs. Son équipe compte treize collaborateurs de neuf nationalités avec un réseau de centaines de bénévoles dans les pays arabes, conclut la même source.

auprès du Haut Commissariat aux droits de l'homme et des procédures spéciales de l'ONU pour défendre des citoyens arabes victimes d'arrestations arbitraires, de disparitions et de tortures.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.