MAGHREB
20/08/2015 13h:57 CET | Actualisé 20/08/2015 15h:33 CET

La nuit internationale des chauves-souris à Tunis, Siliana et Zaghouan

AP10thingsToSee - A caretaker releases a grey-headed flying fox in Centennial Park in Sydney, Australia  Wednesday, Feb. 5, 2014. Each year thousands of creatures are rescued by volunteers when anti-bird netting thrown loosely over fruit trees entangles birds, bats, and reptiles. The bat is classified as vulnerable to extinction by the New South Wales Department of Environment & Heritage. (AP Photo/Rob Griffith, File)
ASSOCIATED PRESS
AP10thingsToSee - A caretaker releases a grey-headed flying fox in Centennial Park in Sydney, Australia Wednesday, Feb. 5, 2014. Each year thousands of creatures are rescued by volunteers when anti-bird netting thrown loosely over fruit trees entangles birds, bats, and reptiles. The bat is classified as vulnerable to extinction by the New South Wales Department of Environment & Heritage. (AP Photo/Rob Griffith, File)

ANIMAUX - Avez-vous l'impression que les chauves-souris n'ont aucune visibilité en Tunisie? Une nuit internationale des chauves-souris comblera sûrement cette lacune en invitant le public à mieux observer ces mammifères.

Chaque année plus d’une trentaine de pays comme l'Allemagne, Andorre, la Bulgarie ou la France participent à cet évènement.

La Tunisie pour la troisième année, célèbrera cet animal énigmatique dans trois villes: Tunis, Siliana et Zaghouan.

Il s'agit selon Imed Essetti, président de Tunisia Wildlife Conservation Society, une organisation qui contribue à cet évènement, de sensibiliser les gens non seulement aux chauves-souris mais aussi au monde animal qui les entoure d'une façon générale.

Il y a en effet plusieurs idées reçues sur le monde animal qu'il faut, selon lui, contribuer à enlever. Dans ce sens, les chauves-souris sont souvent assimilées dans l'imaginaire collectif à des vampires maléfiques alors qu'elles sont inoffensives.

"On veut aussi montrer aux gens que des animaux sont en voie de disparition actuellement en Tunisie alors qu'ils peuvent être très utiles pour l'écosystème. Une chauve-souris par exemple peut manger entre 3000 et 6000 moustiques par jour", explique-t-il.

Les dérangements durant leur période d'hibernation, la disparition de leurs gîtes, l'extension de la lumière, les accidents de la route, l’utilisation intensive de pesticides, les transformations des paysages qui s’accompagnent d’une raréfaction de leurs proies, sont autant de facteurs compromettant leur reproduction en Tunisie et partout dans le monde.

Les lieux et le programme complet de cet évènement sont consultables sur cette page.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.