ALGÉRIE
17/08/2015 10h:52 CET | Actualisé 17/08/2015 10h:52 CET

Thon rouge: l'Algérie a pêché la totalité de son quota de 2015

HuffPost Algérie

L'Algérie a pêché la totalité de son quota de thon rouge fixé à 370 tonnes en 2015 par la Commission internationale pour la

conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), a appris l'Agence de presse algérienne (APS) auprès d'un responsable au ministère de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche.

Selon le bilan établi par la Cicta, remis récemment à ce ministère, l'Algérie a même dépassé de 10 tonnes (t) le quota fixé en ayant capturé 380 t sur la période légale fixée du 26 mai au 24 juin, indique le même responsable.

Ce surplus de 10 t devrait être toléré par la Cicta tant qu'il est inférieur à 5% du quota autorisé, tel que le stipule son règlement.

Le Comité international de protection du thon rouge avait accordé en novembre dernier à l'Algérie, lors d’une session extraordinaire, organisée à Gènes en Italie, la permission de doubler sa quote-part , jusqu’à l’horizon 2017, en prévision de la récupération de son quota initial, estimé à 5% de la production globale de thon rouge, pour atteindre, à cette échéance, un volume de 543 tonnes contre 243 tonnes, actuellement.

Lors de cette même-réunion cette organisation mondiale avait augmenté le quota de pêche de thon rouge de l'Algérie à 370 t en 2015 et à 460 t en 2016 avant d'arriver à 543 t en 2017 et à 650 tonnes en 2018.

LIRE AUSSI: Thon rouge: Alger double sa quote-part à l'horizon 2017

Ceci est un prélude pour rétablir sa quote-part initiale qui était de 5% du total des captures admissibles (TAC) en Méditerranée et Atlantique Est.

Durant cette campagne 2015, la quote-part a été répartie entre trois groupes de 17 chalutiers nationaux en fonction des capacités de chacun de ces derniers, conformément aux dispositions de la nouvelle loi modifiant et complétant celle de juillet 2001 relative à la pêche et aux ressources halieutiques.

"L'opération a été menée avec succès en dépit des difficultés dues notamment au manque de moyens et d'expérience ainsi qu'aux perturbations climatiques", observe le même responsable.

A ce propos, il relève la nécessité pour l'Algérie de continuer à pêcher la totalité de son quota fixé afin d'éviter l'éventualité d'une réduction de cette quote-part par la Cicta.

A cet effet, le ministère de tutelle compte réviser prochainement le cadre organisationnel de l'opération de pêche du thon à travers, notamment, un assainissement des listes des armateurs et de la flotte nationale destinée à cette pêche selon des critères "justes et transparents".

Il est également prévu l'élaboration d'un décret exécutif relatif aux poissons migrateurs tel le thon, qui devra être fin prêt en 2016.

Une fois en vigueur, ce futur texte devra permettre une meilleure préparation et mise en oeuvre des campagnes de pêche du thon sur les prochaines années en se focalisant, particulièrement, sur la qualité des prestations des armateurs concernés et garantir la pêche de la totalité de la quote-part autorisée par la Cicta.

Dans ce sens, M. Neghli insiste sur le renforcement du pavillon national de pêche du thon et l'encouragement des opérateurs à investir dans ce créneau.

Vers l'engraissement du thon en cas de levée du gel

Questionné sur les perspectives d'investissement dans les fermes d'engraissement de thon, le même responsable indique que l'opération d'octroi des permis d'exploitation aux investisseurs potentiels est toujours gelée par la Cicta depuis 2008 en raison du nombre élevé de ce type de fermes au niveau mondial.

Mais l'Algérie envisage de déposer une demande d'investissement dans ce sens dès la levée du gel, assure-t-il.

A souligner que l'augmentation de la quote-part algérienne de pêche du thonidé a été attribuée dans le cadre du nouveau Total des captures admissible (TAC) qui a été relevé de 20% par an pendant trois ans dans l'Atlantique Est et en Méditerranée.

LIRE AUSSI: Thon rouge: Ultimes tractations sur le quota en Atlantique et Méditerranée

Fixée à 13.500 T pour 2014, l'autorisation de la Cicta passera à 16.142 T en 2015 et 19.296 T en 2016 pour les pays membres.

Le quota pour 2017, établi pour l'instant à 23.155 T, sera réexaminé sur la base d'une réévaluation du stock prévue en 2016.

Pris entre les enjeux économiques et la préservation de l'environnement, les 49 membres de la Cicta (47 pays et lÆUnion européenne) ont mené des négociations "très serrées" du fait de la pression exercée par l'étude du Comité scientifique

de cette organisation qui avait annoncé la reconstitution du plus gros stock de thon rouge au monde se situant dans la Méditerranée et l'Atlantique Est.

Selon cette étude, le stock de reproducteurs était estimé à 585.000 T en 2013 contre 150.000 T en 2008.

Sans préciser si ce stock est reconstitué ou en passe de l'être, les scientifiques de ce comité ont souligné qu'une hausse "progressive et modérée" du quota ne devrait pas remettre en cause le programme de reconstitution prévu sur 15 ans.

Victime de la surpêche dans les années 1990-2000, le "thunnus thynnus" a été sauvé par l'établissement, en 2007, d'un quota et de mesures de régulation draconiennes (réduction des flottilles, contrôles...)

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.