ALGÉRIE
16/08/2015 09h:58 CET | Actualisé 16/08/2015 09h:58 CET

Baisse continue des importations des médicaments au 1er semestre 2015

ME

La facture des importations des produits pharmaceutiques a baissé à 842,124 millions de dollars (usd) au 1er semestre 2015, contre 1,2 milliard usd sur la même période de 2014, soit un recul de 30,05%, a appris dimanche l'Agence de Presse Algérienne (APS) auprès des Douanes algériennes.

La quantité des produits pharmaceutiques importés a connu la même tendance passant à 13.434 tonnes (t) sur les six premiers mois de l'année en cours contre 13.958 t à la même période de 2014 (-3,75%), précise le Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis).

Cette baisse des importations, constatée depuis le début de cette année, a concerné la totalité des produits pharmaceutiques dont, essentiellement, les médicaments à usage humain qui ont représenté près de 95% du coût global de ces importations.

La facture des médicaments à usage humain s'est, ainsi, chiffrée à 799,33 millions usd (12.280 tonnes) contre 1,15 milliard usd (13.061 tonnes), soit une réduction de près de 31% en terme de valeur.

Pour les importations des produits para-pharmaceutiques, elles se sont établies à 27,81 millions usd contre 33,47 millions usd (-17%).

Quant aux médicaments à usage vétérinaire, leurs importations ont reculé à 14,97 millions usd contre 15,29 millions usd (-2,09%).

A rappeler que la facture des importations des produits pharmaceutiques avait atteint près de 2,6 milliards usd en 2014, en hausse de 10,44% par rapport à 2013.

Pour réduire les importations des produits pharmaceutiques, le gouvernement s'est engagé à encourager la production nationale et œuvre à faciliter l'acte d'investir dans ce créneau industriel afin de stimuler la production.

A l'instar des autres produits, l'encouragement de la fabrication locale des médicaments vise ambitionne à réduire la lourde facture des importations de ces produits stratégiques, notamment en cette conjoncture de rétrécissement des recettes extérieures du pays, induite par la forte chute des prix du pétrole.

Mais la dégringolade des cours du but ne devra pas, selon les pouvoirs publics, influer sur l'approvisionnement en médicaments, avait rassuré récemment un représentant du ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière.

Cependant des pharmaciens ont affirmé la pénurie de certains médicaments notamment ceux des malades chroniques.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.