MAROC
12/08/2015 12h:08 CET | Actualisé 12/08/2015 12h:27 CET

Les MRE libres de choisir les prénoms de leurs enfants

Les MRE libres de choisir les prénoms de leurs enfants
DR
Les MRE libres de choisir les prénoms de leurs enfants

ÉTAT CIVIL - Quelques jours après avoir gelé les congés pour les consuls et leur personnel dans tous les consulats du Maroc à l’étranger jusqu’à nouvel ordre, le ministère des Affaires étrangères vient d’adresser, conjointement avec le ministère de l’Intérieur, une circulaire aux chefs des représentations diplomatiques et consulaires marocaines à l'étranger.

Objectif: simplifier les procédures relatives aux questions liées à l’état civil des Marocains résidant à l'étranger (MRE).

Premier changement: conformément à cette circulaire dont les grandes lignes ont été relayées par l’agence MAP, les chefs des représentations diplomatiques et consulaires à l'étranger sont tenus de garantir la liberté des parents à choisir les prénoms de leurs enfants sans conditions, "sans pour autant attenter aux moeurs et à l'ordre public".

La circulaire rappelle au personnel consulaire qu’il n’existe aucune liste de prénoms interdits par les autorités marocaines. En réalité, cette liste qui interdisait certains prénoms amazighs existait bel et bien, mais elle a été supprimée en mars 2014.

Autre nouveauté, la validité des extraits d'acte de naissance nécessaires à l'établissement de la carte d'identité nationale passe désormais à 6 mois au lieu de 3 mois, en vigueur actuellement.

Mercredi 12 août, le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, était d'ailleurs en train de briefer dans une réunion les cadres de son département, choisis pour renforcer le corps consulaire.

Pour mémoire, ces nouvelles mesures font suite au discours du roi prononcé à l’occasion de la fête du trône, dans lequel il avait vivement critiqué une partie du corps consulaire marocain en raison du mauvais traitement réservé aux MRE.

Mohammed VI avait notamment appelé le ministère des Affaires étrangères à prendre les dispositions nécessaires pour mettre fin aux dysfonctionnements constatés dans certains consulats.

LIRE AUSSI: